Avec l’arrivée du dirigeable puis de l’aviation s’ajoute une nouvelle menace qui peut facilement attaquer les places fortes, mais aussi les villes bien en arrière de la nouvelle frontière. Avant 1914, l’état major ne mise pas sur une attaque aérienne. Malgré tout, par précaution, on installe quelques emplacements de tir contre aéronefs armées de 2 canons de 75 installés sur un socle en béton ou en acier, ce qui leur permet de tirer en l'air. Mais, ces canons qui tirent des obus shrapnel sont une défense dérisoire car ils ne sont pas conçus pour effectuer cette nouvelle mission.

Pendant la guerre, les bombardements des dirigeables et des avions sur les villes et les places fortes montreront que l’ennemi pourra tuer et détruire à des centaines de kilomètres des lignes de combats. Dans l’urgence, on sortira les canons des casemates de Bourges de certains forts pour les placer sur un socle en béton ou en acier. Mais très vite de nouvelles armes plus préformantes seront inventées pour assurer la défense anti aérienne du territoire.

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

Un canon de 75 sur les dessus du fort de Domgermain à Toul en 1915 - 1916.

Collection particulière

Un emplacement de défense anti aérienne modèle 1915 sur les dessus du fort de Bois l’Abbé Epinal aménagé en 1932. Cliché VAUBOURG Cédric

Vestige d’un affût modèle 1915 anti aérien au fort des Muriers à Grenoble aménagé dans les années 30. Cliché VAUBOURG Julie

· Accueil

· Le Système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les différents types de fortifications

· Les forts de 1870 à 1885

· La crise de l’obus Torpille

· Les forts de 1885 à 1914

· Les forts de 1914 à 1918

· Les différents éléments qui composent un fort

· Les différents éléments extérieur aux forts

· L’artillerie de 1874 à 1914

· Les mitrailleuses

Les canons à balles

Les canons revolver de 40

Les canons revolver

de 37 et 47 mm

La mitrailleuse Gattling

La mitrailleuse Hotchkiss

La mitrailleuses Saint-Etienne

· Les pièces d’artillerie terrestre

· Les pièces d’artillerie côtière

Les mortiers lisses

Les canons de 4

Les canons de 5

Les canons de 7

Les canons de 12

Les canons Hotchkiss de 47

Les canons de 65 TR

Les canons de 75

Les canons de 80

Les canons de 90

Les canons de 95

Les canons de 100 TR

Les canons de 105

Les canons de 120 L

Les obusiers de 120 C

Les canons de 138

Les canons de 155 L

Les obusiers de 155 C

Les obusiers de 155 C Rimailho

Les canons de 19 C

L’obusier de 22 de côte

Les mortiers de 220

Les canons de 24C et 240G

Les mortiers de 270

Les canons de 27C et 274G

Les mortiers de 30 C

Les canons de 32 C

Les canons anti-aériens

Les affuts-trucs

· Cuirassements et Casemates

· Les casemates d’artillerie cuirassées

· Les tourelles tournantes

· Les tourelles à éclipses

· Les casemates d’artillerie

· Les observatoires

· La cloche Pamart

· Les forts de France

· L’armée Française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mises à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

Un socle en acier pour un canon anti aérien à la redoute de Conefosse Epinal.

Cliché VAUBOURG Cédric

Un emplacement de défense anti aérienne de 1915 à proximité du fort d’Ecrouves à Toul. Cliché VAUBOURG Julie

Les canons contre aéronef ou anti-aériens