Le fort de Bessoncourt est un fort à massif central ou batterie basse construit au nord est de la place à 379 mètres d’altitude.  Son rôle est d’empêcher une attaque de l’est en surveillant les moyens de communication venant de Mulhouse et de Basel. Il peut aussi se défendre avec les forts de Roppe, du Vézélois et l’ouvrage de Chevremont. Le plan du fort à sa construction ressemble beaucoup à celui du fort du Vézélois et du Bois d’Oye. Il fera partie des premiers ouvrages à être modernisés, en recevant des coffres de contre-escarpe en béton spécial, qui ne sont pas reliés par une galerie passant sous le fossé.

En 1914, les travaux de la batterie cuirassée de 2 tourelles de 155 C commencèrent, mais ils s’arrêteront à la déclaration de guerre, après que le trou de l’emplacement des tourelles ait été creusé. Pendant la Première Guerre Mondiale, le fort servira d’hôpital, des travaux de 17 y seront construit en creusant un réseau de galeries sous l’ouvrage. En 1918, deux cloches Pamart allaient être installées pour renforcer la défense des abords mais elles n’y seront pas à cause de la fin de la guerre. Le fort sera complètement ferraillé pendant la Seconde Guerre Mondiale. Aujourd’hui, le fort est en bon état, il appartient à la commune de Bessoncourt qui le loue à des artistes.

Zone de Texte: Pièces de rempart
du fort
Zone de Texte: Cuirassements et casemates
Zone de Texte: Flanquement des fossés
Zone de Texte: 39

Programme 1900

Coût des travaux 722 000 Fr or

 

Cuirassements supplémentaires

rajoutés en 1907 au projet de 1900

 

Cuirassement supplémentaires prévu

 en 1908

 

Projet de 1913

Le plan du fort en 1914

Projets de modernisations

Modernisations

Armement du fort et cuirassements installés entre 1886 et 1914

Zone de Texte: Nb de pièces
Zone de Texte: 30

Capacité du casernement de paix en 1914

397 places

Zone de Texte: 22
Zone de Texte: 37
Zone de Texte: 30

· 1888 - 1889  Remplacement des trois caponnières par 1 coffre double et 3 coffres simples de contre escarpe et construction d’un casernement bétonné pour 240 hommes.

· 1906 - 1909 Installation de 3 observatoires cuirassés et de 2 tourelles de 75 R 05 qui seront prêtes à tirer le 15 avril 1908 et le 25 mai 1909

· 1908 - 1909 Installation de 2 tourelles de mitrailleuses qui étaient prêtent à tirer le 22 février 1909

· 1913 - 1914 Connexion au réseau électrique et installation de l’éclairage.

· Installation d’1 tourelle Galopin double, d’1 observatoire cuirassé et d’une 1 tourelle de 75 R 05.

· Réorganisation des parapets et construction d’ 1 casemate de Bourges armées de 2 canons de 95.

 

· Installation de 3 tourelles de mitrailleuses et de 4 observatoires cuirassés

 

· Remplacement d’une casemate de Bourges par 1 tourelle de 75 R 05

· Construction d’une batterie cuirassée de 2 tourelles de 155 C situées à l’extérieur du fort

 

· Construction d’une boulangerie à l’épreuve

· 1883 - 1886

 

· 16 officiers

· 31 sous-officiers et 617 soldats

· 1 infirmerie pour 27 malades

 

· 80 tonnes et 80 tonnes de poudre noire

· 40 tonnes de poudre noire ou 27 tonnes de poudre B

· 2 magasins de 80 et 35 tonnes de poudre noire

· 2 fours de marque Lamoureux de 250 rations 

· 2 puits alimentant 2 citernes d’une capacité de 145,8 et 156,3 m3

· 1 pont levis  à bascule en dessous

· Aucune

· Avec les autres ouvrages de la place

Dates de construction

 

Effectif 684 hommes en 1886

 

 

 

Capacité des deux magasins à poudre

Capacité du  magasin aux cartouches

Capacité des magasins à l’épreuves

Boulangerie

Puits et citernes

Pont de l’entrée principale

Communication liaison optique avec

Communication télégraphe électrique

Capacité du casernement bétonné en 1914 (523 places)

495 places couchées et 28 places assises

Zone de Texte: 41

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

1914

1907

1886

1906

1912

1903