www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place de Maubeuge

Secteur Maubeuge - Verdun

La place de Reims

La place de Laon

La place de la Fère

La place de Verdun

Les hauts de Meuse

La Place de Toul

La place de Langres

La trouée de Charmes

La place d’Epinal

La Haute Moselle

La place de Belfort

Le fort de Giromagny

L’ouvrage du Piton Lagace

L’abri de combat du Piton Lagace

L’ouvrage du Mont Rudolphe

L’abri de combat de Pierremont

L’ouvrage de l’Etang Neuf

Le fort de Roppe

L’enveloppe du centre de résistance

Le dépôt Gr1

L’abri caverne de Roppe

L’abri ouest

Le corps de garde Ouest

Le corps de garde Nord-Ouest

Le retranchement Nord

Le corps de garde Nord

Le corps de garde Nord-Est

Le corps de garde Est

Le corps de garde Sud-Est

La tourelle de 75 extérieure

La station contre-aéronefs de Roppe

L’abri de combat Est-Bas de Roppe

La batterie cuirassée de 155R

L’abri de combat Nord des pentes Sud de Roppe

L’abri de combat Sud des pentes Sud de Roppe

L’abri de combat du Calvaire de Roppe

Le secteur de Roppe

L’ouvrage de Denney

L’abri de combat sud de Denney

L’observatoire de Denney

Le fort de Bessoncourt

L’abri de combat Ancienne batterie D de Bessoncourt

L’abri de combat de la Ragée-au-Bailly

L’ouvrage du Rondot

L’observatoire du Rondot

L’observatoire de Pérouse

Le fort des Hautes Perches

Le fort des Basses Perches

Le réduit du Bosmont

Le magasin du Bosmont

L’abri de combat du Proc

L’ouvrage de Chèvremont

L’ouvrage des Trois Chênes

L’abri de combat Ancienne batterie 2 de Vézelois

L’ouvrage et l’abri de combat des Grands Bois

Le fort de Vézelois

L’ouvrage de Meroux

L’ouvrage de Moval

L’ouvrage des Fougerais

La casemate de Bourges ext

L’abri de combat Est des Fougerais

L’abri de combat Ouest des Fougerais

Le dépôt des Fougerais

Le fort du Bois d’Oye

Le secteur du Bois d’Oye

L’ouvrage de la Verpillère

L’ouvrage du bois des Esserts

L’ouvrage du Haut du Bois

L’abri caverne du Haut Bois

L’ouvrage d’Héricourt

Le fort Lachaux

Le fort du Mont Vaudois

Le secteur du Mont-Vaudois

L’ouvrage du Bas du Mont

L’ouvrage de la Côte d’Essert

L’ouvrage Sud du Salbert

L’ouvrage du Petit Salbert

L’ouvrage de la Forêt

L’ouvrage du Haut d’Evette

L’ouvrage Nord du Salbert

Le fort du Salbert

L’abri caverne du Salbert

L’ouvrage du Monceau

Secteur Salbert - Monceau

Château de Belfort

Le fort de la Miotte

Les magasins centraux A & B

Le fort de la Justice

Le fort des Barres

Le fort de Bellevue

Les casernes

Divers

La trouée de Belfort

La place de Besançon

La place de Dijon

Pontarlier - rideau du Jura

La place d’Albertville

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mise à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

L’ouvrage du Monceau

L’ouvrage du Monceau est un ouvrage intermédiaire construit au Nord de la place de Belfort, à 410 mètres d’altitude. Sa mission est de flanquer le pied des pentes du Salbert et la forêt de l’Arsot. Il surveille aussi la vallée de la Savoureuse, la voie ferrée menant de Luxeuil-les-Bains à Giromagny ainsi que les intervalles entre le fort du Salbert, l’ouvrage du Mont Rudolphe et le fort de Roppe.

C’est l’un des rares ouvrages modernes entièrement construit en béton, qui possède un fossé d’eau que l’on peut inonder à la mobilisation grâce à des vannes placées sur la Savoureuse. Cette solution empêche les assauts d’infanterie ennemie, sur le front de tête de l’ouvrage, car le fossé de gorge est défendu depuis le casernement.

L’armement de l’ouvrage à la veille de la Grande guerre

 

Pièces de rempart de l’ouvrage

6 canons de 90 sur affût de campagne approvisionnés à 600 coups/pièce.

 

Cuirassements et casemates

Aucun

 

Défense des fossés

 La défense des fossés s’effectue depuis le parapet et les embrasures du casernement de gorge aux fusils ou à la mitrailleuses

 

 

Total 6 pièces d’artillerie

 

Les différents éléments extérieurs à proximité de l’ouvrage en 1914

 

Batteries d’artillerie

Batteries d’artillerie armées 

Aucune

 

Batteries d’artillerie désarmées de mobilisation

Aucune

 

Ouvrages d’infanterie

Plusieurs tranchées et retranchement d’infanterie au pied du Salbert

 

Abris de combat et abris cavernes

Aucun

 

Dépôts intermédiaires

Aucun

 

Magasins de secteur

Le magasin de secteur d’Urcerey est construit de 1890 à 1891,

il possède une capacité de 38 tonnes de poudre noire

 

Magasin centraux

Aucun

Projets de modernisation

 

Programme 1900

Coût des travaux 55 000 Frs

· Modernisation de l’ouvrage avec l’installation d’une tourelle de mitrailleuses

 

Projet complémentaire de 1907-08

· Installation d’une deuxième tourelle de mitrailleuses, d’un observatoire cuirassé et d’une tourelle de 75 R 05

 

Étude de 1908

· Étude pour l’installation d’une tourelle de mitrailleuses.

 

Projet de 1914

· Construction dans l’ouvrage d’une boulangerie à l’épreuve.

 

Modernisations

 

· 1890-1900 Connexion au réseau de télégraphie électrique.

· 1906 Construction de quatre citernes en béton, placées par deux, sous chacune des casemates troupe, au sous-sol du casernement bétonné.

 

En 1914, l’ouvrage du Monceau est un ouvrage entièrement construit à l’épreuve, de première ligne. Il ne recevra pas de modernisation majeure depuis sa construction. Son armement principal est placé à l’air libre.

Equipement de l’ouvrage en 1914

L’abri de rempart ouest ayant été endommagé par des destructions de munitions.

©VAUBOURG Julie

Le fossé et la façade du côté Est du casernement.

 Cliché VAUBOURG Julie

Le couloir de rassemblement derrière les casemates du rez-de-chaussée. © VAUBOURG Cédric

L’abri de rempart du côté Est

©VAUBOURG Cédric

Armement de l’ouvrage et cuirassements installés entre 1891 et 1912

L’ouvrage a été complétement ferraillé pendant la Seconde Guerre Mondiale sous l’organisation Todt. A cette période, des munitions ont l’air d’avoir été volontairement détruites dans l’abri de rempart ouest ce qui a provoqué d’importantes fissures aux bétonnages.

Aujourd’hui, l’ouvrage appartient à une compagnie des eaux qui interdit son accès, car c’est une zone de captage.

L’intérieur de l’ouvrage est relativement en mauvais état et est dangereux du fait des ferraillages qui ont rendu les citernes apparentes au sous-sol. Certains murs sont recouverts de tags.

Un projet prévoit toutefois de le restaurer par une association pour l’ouvrir au public.

Les vannes qui permettaient d’inonder les fossés de tête de l’ouvrage. ©VAUBOURG Cédric

Une des deux chambrées troupe au sous-sol qui a perdu sa chape en béton maintenue par des IPN. Ces éléments métalliques ont été ferraillés sous l’organisation Todt pendant la seconde Guerre Mondiale, ce qui laisse apparaître les citernes en béton.

©VAUBOURG Cédric

Etat de l’ouvrage pendant la première guerre mondiale

 

Fin 1915, désarmement progressif de l’ouvrage pour envoyer les munitions pouvant aller sur le front.

En mars 1916 , il reste assez de poudre noire dans les magasins pour prévoir une éventuelle destruction de l’ouvrage en cas d’approche de l’ennemi.

En 1917, l’ouvrage est réorganisé suite à la bataille de Verdun et les issues et les entrées du fort se voient équipées de chicanes montées avec des sacs de terre et des rondins en bois, armées de mitrailleuses et de goulottes lance grenades.

L’intérieur d’une chambrée pour 29 hommes dans le casernement. Cliché VAUBOURG Julie

L’accès à l’entrée de l’ouvrage. Cliché VAUBOURG Cédric

Vue sur l’entrée et son pont-levis depuis le fossé de gorge. Cliché VAUBOURG Cédric

L’arrière des chambrées à l’étage supérieur. Cliché VAUBOURG Julie

La galerie de l’entrée de l’ouvrage. Cliché VAUBOURG Cédric

La façade du casernement. Cliché VAUBOURG Julie

L’entrée de l’ouvrage. Cliché VAUBOURG Cédric

L’entrée de l’ouvrage.

Cliché VAUBOURG Julie

Rectangle à coins arrondis: Suite des photos

Une chambrée pour 29 hommes de troupe. Cliché VAUBOURG Julie

Détail des créneaux de tir et des bétonnages du casernement bétonné. Cliché VAUBOURG Cédric

Vue sur l’ouvrage du Monceau avant la Grande Guerre.  © Jean-Pierre ZEDET

Dates de construction

Coût des travaux prévus en 1888

 

Effectif de l’ouvrage 158 hommes

· 1889-1891

· 583 000 Frs

 

· 4 officiers

· 8 sous-officiers

· 146 soldats

Capacité du casernement à l’épreuve

Capacité des casernement en maçonnerie

Capacité du magasin à poudre

Capacité du magasin aux cartouches

 

 

· 158 places couchées et 96 places assises.

· Aucun

· Aucun

· 2 magasins à munitions dans les abris de rempart

Cuisine

Boulangerie

Puits et citernes

 

 

Pont de l’entrée principale

· 1 cuisinière de marque François Vaillant

· Pas de boulangerie, le pain provient de la place

· 1 puits d’un débit de 30,14m³ par mois alimentant 4 citernes en béton  sous le casernement bétonné

· 1 pont levis à bascule en dessous

Communication liaison optique

Communication télégraphe électrique

 

Eclairage en 1914

· Aucune

· Avec le central militaire au Château grâce à un téléphone Ader et une boîte de forteresse

· Lampes à pétrole ou à bougies pour l’intérieur de l’ouvrage

· 7 quinquets de 7 lignes avec suspension et éjecteur.

· 31 cages à applique à serrure

· 4 cages à applique sans serrure

· 2 chandeliers en cuivre

· 7 lanternes portatives avec bec de 7 lignes

 

1891

1903

1906

1908

1912

Pièces de rempart

de l’ouvrage

6 canons de 90 sur affût de campagne

 

Cuirassements et casemates

 

Défense des fossés

La défense des fossés s’effectue depuis le parapet et les embrasures du casernement de gorge aux fusils.

Nb de pièces

6

6

6

6

6