www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place de Verdun

Les hauts de Meuse

La Place de Toul

La place de Langres

La trouée de Charmes

La place d’Epinal

La Haute Moselle

La place de Belfort

La trouée de Belfort

La place de Besançon

La place de Dijon

Pontarlier-Rideau du Jura

La place d’Albertville

Le secteur de Chamousset

La haute Maurienne

La place de Bourg-st-Maurice

La place de Lyon

La place de Grenoble

La place de Briançon

Le fort du château et son enceinte

La position de Rampes

La position du Gondran

L’ouvrage du Gondran A

L’ouvrage du Gondran B

L’ouvrage du Gondran C

L’ouvrage du Gondran D

Le fort et le blockhaus du Janus

L’ouvrage des Aittes

Le magasin de l’Infernet

Le fort de l’Infernet

Le casernement de la Cochette

Le fort de l’Olive

Les retranchements Berwick

La position de Lenlon

Le magasin de Lenlon

Le blockhaus de Lenlon

La position du Granon

La position de la Grande Maye

Le blockhaus de la Grande Maye

Le fort de la Croix de Bretagne

La position de la Lauzette

Le blockhaus de la Lauzette

Le fort des Têtes

La Communication Y

Le fort du Randouillet

Le fort Dauphin

Le fort d’Anjou

La redoute du point du jour

Le pont d’Asfeld

La redoute des Salettes

La batterie de la Croix de Toulouse

Le blockhaus de Malfosse

La place de Tournoux

L’avancée de Nice

La place de Nice

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mises à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

L’ouvrage C est le plus important du secteur. Il est placé au sommet du Gondran sur la ligne du même nom entre l’ouvrage B et l’ouvrage D à 2459 mètres d’altitude.

À sa construction, il est considéré comme un ouvrage d’infanterie, mais il est rapidement modernisé pour recevoir des troupes. C’est à cette période qu’il prendra l’appellation de fort. Sa mission est de protéger le secteur d’un assaut de l’infanterie ennemie sur la ligne des Gondrans. Il surveille aussi le Bourget, les sources de la Durance et les hauteurs entre l’Obélisque et les Clavières.

L’armement de l’ouvrage à la veille de la Grande Guerre

 

 

Pièces de rempart de l’ouvrage

Aucune

 

Cuirassements et casemates

Aucun

 

Défense des fossés

Pas de pièce de flanquement.

Les abords de l’ouvrage sont défendus aux fusils

 

 

 

 

Les différents éléments extérieurs à proximité de l’ouvrage en 1914

 

 

Batteries d’artillerie

Voir position du Gondran

 

Ouvrages d’infanterie

Voir position du Gondran

 

Abris de combat et abris cavernes

Voir position du Gondran

 

Dépôts intermédiaires

Voir position du Gondran

 

Magasins de secteur

Aucun

Projet de modernisation

 

Projet d’avril 1913

· Construction d’un abri de combat pour une demi-compagnie en avant de l’ouvrage

 

Modernisations

 

· 1887-1891 Construction d’un fort en maçonnerie à la place de l’ouvrage en terre. La capacité des casernements est de 149 places.

· 1891-1911 Construction de la casemate de fusillade qui flanque l’ouvrage D.

· 1900-1901 Construction d’un abri à munitions extérieur à l’épreuve pour les batteries annexes.

· 1907 Construction de plusieurs abris de remparts extérieurs.

· 1910-1911 Construction d’un abri de combat à la gorge de l’ouvrage. Sa capacité est de 170 places couchées à l’épreuve. Cet abri peut être considéré comme un casernement de guerre.

En 1914, L’ouvrage C du Gondran est une fortification modernisée faisant partie des ouvrages de première catégorie de la 14 ème région militaire. Son armement principal est placé à l’air libre.

Equipement de l’ouvrage en 1914

Armement de l’ouvrage et cuirassements installés entre 1878 et 1914

En juin 1940, le Gondran C est bombardé par l’artillerie italienne avec les tourelles de 164 mm du fort du Chaberton et avec des pièces de 210. Le bombardement relativement important ne causera pas de dégâts majeurs à l’ouvrage.

Il connaîtra à nouveau l’épreuve du feu au printemps 1945, lors de la libération du col de Montgenèvre. Le 4 avril 1945, il sera atteint par un obus de 420 mm tiré depuis un mortier Skoda encore aux mains des Allemands en Italie qui bombardait la ligne des Gondrans. L’obus provoquera dans l’ouvrage bouleversé, 1 mort, 15 blessés et 30 commotionnés.

Aujourd’hui, le Gondran C est à l’abandon, il est relativement en bon état malgré les conditions climatiques et il porte toujours les traces du bombardement d’avril 1945. Il se situe à proximité de l'arrivée d'un téléphérique et d'une piste de ski.

Son accès est interdit.

Une chaudière installée dans les années 30 dans l’abri de combat

© VAUBOURG Cédric

Photos prise le 4 avril 1945, depuis le Gondran D de l’explosion

de l’obus de 420 sur le Gondran C.

© DEFOSSE Philippe

La terrasse et la façade du casernement de l’ouvrage. Cliché VAUBOURG Cédric

L’ouvrage C du Gondran recouvert de neige avant la Grande Guerre. ©Lionel PRACHT

Des soldats devant le bastionnet circulaire de l’ouvrage avant la Grande Guerre

© Lionel PRACHT

L’entrée de l’ouvrage C du Gondran recouvert de neige avant la Grande Guerre.

©Lionel PRACHT

Carte postale d’une manœuvre improvisée à proximité de l’ouvrage du Gondran C avant la Grande Guerre ©Lionel PRACHT

L’ouvrage du Gondran C ou fort du Gondran et le secteur du Gondran C

Photo prise le 4 avril 1945, depuis le Gondran D quelques secondes après  l’explosion d'un obus de 420 sur le Gondran C.

© DEFOSSE Philippe

Doctoresse Marie Tatar Goldberg
Lieutenant major de notre compagnie
sur un obus de 420 non éclaté.
Mars 1945 © DEFOSSE Philippe

Photo prise le 4 avril 1945, de l’endroit de l'explosion.
Un éclat de l'obus a été retrouvé 3km plus loin. © DEFOSSE Philippe

Commentaire au dos de la photo : "En route pour le fort du Gondran Mars 1945"© DEFOSSE Philippe

L’impact de l’obus de 420 dans la chambrée de l’ouvrage.

Cliché VAUBOURG Julie

La cour devant l’entrée du fort. Cliché VAUBOURG Julie

L’entrée du fort. Cliché VAUBOURG Cédric

Détail de l’entrée du fort.

Cliché VAUBOURG Cédric

La terrasse au dessus de l’abri de combat.

Cliché VAUBOURG Julie

Rectangle à coins arrondis: Suite des photos

La terrasse dans l’autre sens au dessus de l’abri de combat.

Cliché VAUBOURG Cédric

La galerie principale avec sa porte blindée. Cliché VAUBOURG Julie

L’entrée du fort. Cliché VAUBOURG Julie

Détail de l’entrée du fort.

Cliché VAUBOURG Cédric

Dates de construction

Aménagement de la position

Construction de l’ouvrage

 

Effectif en 1891

 

· Juin 1876 - Octobre 1881

· 1887-1891

 

· 5 officiers et sous officiers

· 144 soldats

Locaux à l’épreuve en 1914

Capacité du magasin à poudre

 

Capacité des magasins aux cartouches

 

 

· 1 abri de combat d’une capacité de 170 places

· Un magasin sous roc possédant 4,5 tonnes de poudre noire en 1914.

· 144 cartouches pour canon de 95 remplies de poudre noire stockées dans la casemate n°3 et 1200 cartouches de 90 remplies de poudre noire dans les casemates N°1 et 2.

Boulangerie

 

 

Cuisine

Puits et citernes

 

Pont de l’entrée principale

· 1 four à bois permanant système Lespinasse de 20 rations.

· 2 cuisinières de marque François Vaillant.

· 3 citernes de 8, 24 et 28 m³ remplies annuellement par les eaux des sources du Gondran grâce à des tonnelets entretenus par le service du génie

· Une passerelle rabattable à l’entrée de l’ouvrage.

Télégraphie optique

Télégraphie électrique

Eclairage en 1914

· Aucune

· Avec les baraquements de la Cochette

· Lampe à pétrole pour l’intérieur de l’ouvrage

· Voir position du Gondran pour l’armement

Etat de l’ouvrage pendant la première guerre mondiale

 

· Fin 1915, désarmement progressif de l’ouvrage suite au décret du 5 août pour envoyer les pièces d’artillerie et les munitions sur le front.

· En 1916, l’ouvrage est complètement désarmé suite au décret du 5 août 1915 et au changement de camp de l’Italie qui s’alliera avec la triple Entente en mai 1915.

· 1930-1939, pendant l’entre deux guerres, les nouvelles tensions internationales feront que cet ouvrage est maintenu en état pour héberger les troupes du secteur.

 

Armement de l’ouvrage entre 1935 et 1940

 

L’ouvrage est complètement désarmé