Une cage à applique qui sert à éclairer les galeries et les casernements. Cliché Jean-Philippe Guichard

Détail de l’éclairage électrique au fort d’Uxegney  à Epinal.

Cliché VAUBOURG Julie

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

· Accueil

· Le Système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les différents types de fortifications

· Les forts de 1870 à 1885

· La crise de l’obus Torpille

· Les forts de 1885 à 1914

· Les différents éléments qui composent un fort

· Les différents éléments extérieur aux forts

· L’entrée des ouvrages

· L’entrée de guerre

· Les fossés

· Les réseaux de fils de fer

· Les caponnières

· Les coffres de contrescarpe

· Les casernements

· Les escaliers

· Les casernements bétonnés

· Les renforcements des forts

· Les chambrées

· La cuisine

· La boulangerie

· Puits et citernes

· Les latrines et les lavoirs

· L’éclairage des forts

· L’usine électrique

· Les postes optiques

· Le chauffage et la ventilation

· Les magasins à poudre

· Les magasins aux cartouches

· Les magasins sous roc

· Les traverses abris

· Les abris de rempart

· Les parapets d’infanterie

· Les masques d’infanterie blindés

· Les cuirassements et casemates

· Les batteries d’artillerie

· Les batteries côtières

· Les batteries cuirassées

· Les ouvrages d’infanterie

· Les abris cavernes

· Les abris de combat

· Les magasins centraux

· Les magasins de secteur

· Les magasins intermédiaires

· La voie de 60

· Les forts de 1914 à 1918

· Les travaux de 17

· Les galeries de 17

· Les Cloches Pamart

· L’artillerie de 1874 à 1914

· Les mitrailleuses

· Les pièces d’artillerie terrestre

· Les pièces d’artillerie côtière

· Cuirassements et Casemates

· Les casemates d’artillerie cuirassées

· Les tourelles tournantes

· Les tourelles à éclipses

· Les casemates d’artillerie

· Les observatoires

· La cloche Pamart

· Les forts de France

· L’armée Française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mises à jour

· Statistiques

· Attention

Les puits de lumière

Avant 1885, les forts sont éclairés la journée grâce à des puits de lumière qui renvoient la lumière du soleil dans les parties souterraines. Ils permettent aussi d'assurer une ventilation naturelle, empêchant l'humidité de rentrer dans l'ouvrage. Ces puits sont surtout installés dans les forts avant la crise de l'obus torpille, car ils doivent être bouchés lors de la mise en défense du fort pour ne pas faire rentrer les obus ou débris.

Les lampes à pétrole ou à bougie

Cet éclairage est surtout utilisé la nuit ou en cas de coupure de courant dans les forts électrifiés grâce à plusieurs types de lampe:

· Les cages à applique sont des lampes à pétrole utilisées pour les façades des casernements, les galeries ou les casemates d'artillerie. Elles possèdent très souvent un cadenas que l'on verrouille sur une planche fixée au mur pour empêcher de les déplacer. Après la crise de l'obus torpille de nouvelles cages à applique en laiton fonctionnant avec de l’huile seront utilisées pour l’éclairage dans certains dépôts de munitions ou de magasins sous roc.

· Les lampes à pétrole suspendues et les quinquets à huile s'accrochent au plafond pour éclairer les locaux à vivre comme les chambrées, la cuisine, l'infirmerie ou le poste de commandement.

· Les lampes d'artillerie de pointage sont des lampes à bougie ou à pétrole utilisées par l'artillerie

· Les lampes de magasin à poudre sont des lampes à colza utilisées pour éclairer les magasins à munitions. Elles sont placées derrière un verre de 2 cm d'épaisseur qui empêche le contact d'une flamme avec les munitions.

· Les lampes à bougie sont des petites lampes utilisées pour l'éclairage des tourelles ou pour certaines parties où l'on ne peut pas mettre une cage à applique.

 

Le projecteur oxyacétylénique

Ce type d'éclairage est utilisé pour éclairer les fossés de nuit depuis les casemates d'artillerie ( caponnières et coffres de contre-escarpe). Il fonctionne grâce à un projecteur oxyacétylénique alimenté en oxygène et en acétylène qui provoque une lumière très vive.

L'éclairage électrique

Ce type d'éclairage sera surtout installé dans les forts les plus modernes des 4 places de l'Est ou sur certains ouvrages côtiers entre 1907 et 1915. Il fonctionne grâce à l'usine électrique qui alimente en 110V des lampes à filament de carbone ayant une durée de vie de 300 heures. Elles servent à éclairer les tourelles et l’intérieur du fort.

Le projecteur Mangin Sautter-Harlé

Ce projecteur électrique fonctionne grâce à une lampe à arc. Il est utilisé depuis 1877 dans les 4 places de l'est ou sur les ouvrages côtiers pour éclairer les abords des ouvrages ou les aéronefs. Les premiers modèles sont placés sur un chariot attelé à une machine Gramme et son moteur, le tout était tiré grâce à une locomotive routière à vapeur. Après cette date, les projecteurs vont évoluer avec des diamètres allant de 45 à 120 cm permettant d'éclairer de plus en plus loin (jusqu'à 3km par temps clair pour un projecteur de 90 cm de diamètre). Ils seront alimentés avec des groupes électrogènes mobiles à pétrole de marque Sautter Harlé.

Après 1906, on placera ces engins dans les ouvrages prioritaires sous tourelles ou sous casemates pour les protéger des bombardements. Leur alimentation se fera depuis l'usine électrique de l'ouvrage.

Un projecteur de Fresnel

pour l’éclairage des abord des ouvrages. Cour de fortif

Une lampe à bougie de tourelle. Cliché Vaubourg Julie

Une lampe à pétrole pour tourelle Mougin.

Cliché VAUBOURG Julie

Une lampe à pétrole suspendue de chambrée.  Cliché VAUBOURG Julie

Le projecteur oxyacétylénique pour l’éclairage des fossés.

Cliché VAUBOURG Julie

L’éclairage des forts

Une lanterne de magasin à poudre ou d’atelier de chargement. Cliché Jean-Philippe Guichard

Rectangle à coins arrondis: Haut de page

Une cage à applique qui sert à éclairer certains dépôts de munitions ou magasins sous roc. Cliché VAUBOURG Cédric