Dans les ouvrages construits de 1874 à 1885, les locaux d’habitation appelés abri passifs forment un ensemble plus ou moins vaste de casernes souterraines à un ou plusieurs étages, placés sous le massif des cavaliers, des parados ou des parapets.

Ces casernements se situent au centre des fortifications ou à la gorge des ouvrages. Ils sont construits en maçonnerie de moellons et se composent de casemates voutées d’un mètre d’épaisseur, maintenues par des puissants piédroits qui mesurent au minimum un mètre de largeur. Le tout est recouvert par une couche de terre de 2 à 7 mètres d’épaisseur qui sert à arrêter à cette période les plus gros obus en fonte de 21 cm de diamètre pesant près de 80 kg.

Les casemates sont accolées entre elles. Leurs façades donnent sur les parties les moins exposées aux bombardements afin de laisser rentrer la lumière du jour par les différentes fenêtres. Les ouvertures des façades sont obstruées à la mobilisation avec des rails de chemin de fer ou avec des madriers en bois grâce à différents systèmes de blindage.

Derrière ces casemates, on trouve un corridor qui permet une bonne aération des lieux. Cette galerie est éclairée en temps de paix par plusieurs puits de lumière, obstrués lors de la mise en défense de l’ouvrage, afin d’empêcher un obus ou des gravats de tomber à l’intérieur.

La nuit ou en période de combats l’éclairage s’effectue dans les casernements avec des lampes à pétrole du type cages à applique ou des lampes suspendues.

Les différentes parties du casernement sont mises à l’abri des eaux d’infiltration par le moyen de chapes imperméables en ciment ou en mastic asphaltique pour les parties à faible inclinaison. Ces chapes sont conçues de manière à évacuer l’eau vers des noues puis vers le mur du fond.

Dans ces casernements, on y trouve les différents locaux de vie de l’ouvrage comme les chambrées, les différents ateliers, l’infirmerie, la prison, le poste de commandement, la télégraphie, la cuisine, les               magasins aux vivres, la boulangerie et les écuries.

Après 1885, ces casernements ne sont plus à l'épreuve des nouveaux obus, ils sont utilisés dans certains forts modernisés qu'en temps de paix.

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

Le casernement du fort d’Ecrouves à Toul.

Cliché VAUBOURG Cédric

Le casernement du fort Génicourt (Hauts de Meuse).

Cliché VAUBOURG Cédric

Le casernement du fort de Plesnoy à Langres avant 1914.

Collection Lionel PRACHT

· Accueil

· Le Système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les différents types de fortifications

· Les forts de 1870 à 1885

· La crise de l’obus Torpille

· Les forts de 1885 à 1914

· Les différents éléments qui composent un fort

· Les différents éléments extérieur aux forts

· L’entrée des ouvrages

· L’entrée de guerre

· Les fossés

· Les réseaux de fils de fer

· Les caponnières

· Les coffres de contrescarpe

· Les casernements

· Les escaliers

· Les casernements bétonnés

· Les renforcements des forts

· Les chambrées

· La cuisine

· La boulangerie

· Puits et citernes

· Les latrines et les lavoirs

· L’éclairage des forts

· L’usine électrique

· Les postes optiques

· Le chauffage et la ventilation

· Les magasins à poudre

· Les magasins aux cartouches

· Les magasins sous roc

· Les traverses abris

· Les abris de rempart

· Les parapets d’infanterie

· Les masques d’infanterie blindés

· Les cuirassements et casemates

· Les batteries d’artillerie

· Les batteries côtières

· Les batteries cuirassées

· Les ouvrages d’infanterie

· Les abris cavernes

· Les abris de combat

· Les magasins centraux

· Les magasins de secteur

· Les magasins intermédiaires

· La voie de 60

· Les forts de 1914 à 1918

· Les travaux de 17

· Les galeries de 17

· Les Cloches Pamart

· L’artillerie de 1874 à 1914

· Les mitrailleuses

· Les pièces d’artillerie terrestre

· Les pièces d’artillerie côtière

· Cuirassements et Casemates

· Les casemates d’artillerie cuirassées

· Les tourelles tournantes

· Les tourelles à éclipses

· Les casemates d’artillerie

· Les observatoires

· La cloche Pamart

· Les forts de France

· L’armée Française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mises à jour

· Statistiques

· Attention

Les casernements en maçonnerie

Le casernement du fort de Giromagny place de Belfort.

Cliché VAUBOURG Julie