www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

Le fort de Feyzin est construit en rive droite du Rhône près de la ville du même nom à 230 mètres d’altitude. Sa mission très importante est de surveiller les moyens de communication venant de la méditerranée ( Vienne, Givors et St Etienne). Il croise aussi ses feux avec les forts de Corbas et de Montcorin.

L’ouvrage fait parti des premiers forts construits à Lyon avec Bron et Vancia, leurs plans possèdent de nombreux points communs.

C’est le seul fort de la place a posséder une caponnière double qui était équipée de 6 pièces de flanquement. Mais la plus grosse particularité de ce fort est l’utilisation massive du béton dès 1875, près de dix ans avant la crise de l’obus torpille.

En 1942, le fort est occupé par les allemands, qui installeront une infirmerie à l’intérieur du casernement. Cette infirmerie était équipée du chauffage central.

Aujourd'hui, l’ouvrage est en bon état de conservation il possède encore de beaux vestiges comme sa pompe, les escaliers et son four à pain. Son pont à effacement longitudinal est en état de fonctionnement.

Le fort appartient depuis 2003 à la commune de Feyzin qui y a déjà effectués d’importants travaux, plusieurs manifestations y sont organisées au cours de l’année, mais le fort n’est encore pas ouvert à la visite.

1874 Projet de construction de 6 casemates cuirassées certainement des casemates Mougin de 155L. Les casemates seront construites mais elles ne recevront jamais leur cuirassement

Projets de modernisations

· 1901 Construction d’un nouveau pont d’entrée en béton armé

· 1914 - 1915 Construction d’un casernement bétonné en renforçant des chambrées du casernement de paix

Modernisations

· Novembre 1875 - 1877

· 2 880 000 Fr or

 

· 829 hommes

· 1 infirmerie

· 1 écurie pour 18 chevaux

 

·  140,6 tonnes de poudre noire

· 1 magasin

· 2 fours au charbon de 200 rations chacun

· 1 puits d’un débit de 30 m3/jour équipé d’une pompe d’une débit de 10 litres à la minute alimentant une citerne de 32,9 m 3

· 1 pont à effacement longitudinal

· Aucune

· Avec le central militaire de la place

· Lampes à pétrole pour l’intérieur du fort, pas d’éclairage pour les fossés.

Dates de construction

Coût des travaux en 1877

 

Effectif

 

 

 

Capacité des 2 magasins à poudre

Magasin aux cartouches

Boulangerie

Puits et citernes

 

 

Pont de l’entrée principale

Communication liaison optique avec

Communication télégraphe électrique

Eclairage en 1914

1890

1913 à 1914

Zone de Texte: Pièces de rempart
du fort
Zone de Texte: Cuirassements et casemates
Zone de Texte: Défense des fossés

1884

Zone de Texte: Nb de pièces
Zone de Texte: 45
Zone de Texte: 45
Zone de Texte: 25

Armement du fort et cuirassements installés entre 1877 et 1914

1877

Zone de Texte: 63

19 canons de 16

dont 3 pièces de rechange

2 obusiers de 22

8 obusiers de 16

22 canons de 138

dont 4 pièces de rechanges

4 mortiers de 27

2 mortiers de 22

1879

Zone de Texte: 46

Informations et armement du secteur de Feyzin

· Nombre de batterie d’artillerie: 9 dont 8 armées en 1914.

· Noms des batteries d’artillerie armées en 1913-1914:  L1, L2, L3, M2, M3, n°41, n°42 et n°43 

· Noms des batteries d’artillerie non armées en 1913- 1914: M1

· Armement des 8 batteries d’artillerie en 1913-1914: 12 canons de 155 long, 8 canons de 120 long, 12 canons de 90 soit un total de 32 pièces

Etat du fort pendant la première guerre mondiale

Fin 1915, désarmement progressif du fort pour envoyer les pièces sur le front.

En mars 1916, il reste assez de poudre noire dans les magasins pour prévoir une éventuelle destruction de l’ouvrage en cas d’approche de l’ennemi.

En 1917, le fort désarmé sert de base arrière.