www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

Le fort de Bron est l’un des premiers ouvrages construits à Lyon, il est bâti au sud-est de la place à 210 mètres d’altitude. Son rôle est de maîtriser la route de Grenoble, la national 6 et d’empêcher l’ennemi de descendre et d’avancer sur les plaines après s’être emparé des hauteurs qui s'étendent de Decines à Corbas en passant par St Priest. Il bat les points importants de St Priest, Genas, Chasigny, Decines et la plaine.

Après la construction des forts de Corbas, de St Priest et de l’ouvrage de Decines, le fort de Bron passera en ouvrage de deuxième ligne.

Son plan et sa taille ressemble beaucoup à celui des forts de Vancia et de Feyzin.

La particularité de ce fort est qu’il possède une caponnière double ayant le plus gros puits de lumière de France de près de 4 m de diamètre. Il fait aussi parti des rares ouvrages à recevoir du béton dès sa construction. En effet, certaines galeries sont bétonnées. L’armement du fort est renforcé par deux batteries annexes. ( Les batteries de Lessignas et de Parilly)

Pendant la première guerre mondial, le fort abrita des aviateurs, puis il sera occupé en 1942 par les allemands avant d’être libéré le 2 septembre 1944.

En 1975, le fort est racheté par la communauté urbaine de Lyon qui y installe un château d’eau au dessus du casernement.

Aujourd’hui, ce patrimoine exceptionnel possède d’importants vestiges, il est géré par une association très sympathique qui entretient l’ouvrage depuis 1982. Le fort est ouvert aux visites le premier dimanche de chaque mois. Plus de renseignements pour les visites: http://www.fort-de-bron.org/

Projets de modernisations

· 1901 Construction d’un nouveau pont d’entrée en béton armé

 

Modernisations

1874 Projet de construction de 6 casemates cuirassées certainement des casemates Mougin de 155L. Les casemates seront construites mais elles ne recevront jamais leur cuirassement

· Novembre 1874 - 15 octobre 1877

· 3 014 518 Fr or

 

· 18 officiers

· 39 sous officiers

· 784 soldats

· 1 infirmerie pour 52 malades

· 1 écurie pour 10 chevaux

 

·  141.64 tonnes de poudre noire

· 1 magasin

· 2 fours au charbon de 200 rations chacun.

· 1 puits d’un débit de 50 m3

· 1 pont à effacement latéral

· Aucune

· Avec le central militaire de la place

· Lampes à pétrole pour l’intérieur du fort, pas d’éclairage pour les fossés.

Dates de construction

Coût des travaux en 1877

 

Effectif prévu 841 hommes

 

 

 

 

 

Capacité des 2 magasins à poudre

Magasin aux cartouches

Boulangerie

Puits et citernes

Pont de l’entrée principale

Communication liaison optique avec

Communication télégraphe électrique

Eclairage en 1914

1890

1913 à 1914

Zone de Texte: Pièces de rempart
du fort
Zone de Texte: Cuirassements et casemates
Zone de Texte: Défense des fossés

1880

Zone de Texte: Nb de pièces
Zone de Texte: 43
Zone de Texte: 43
Zone de Texte: 23

Armement du fort et cuirassements installés entre 1878 et 1914

1877

Zone de Texte: 64

20 canons de 16

dont 3 pièces de rechange

8 obusiers de 16

24 canons de 138

dont 4 pièces de rechanges

4 mortiers de 27

2 mortiers de 22

1879

Zone de Texte: 44

1884

Zone de Texte: 43

                    Les batteries annexes

                 de Lessignas et de Parilly

Batterie de  Lessignas

 

1878

200 mètres

150 hommes

26,6 tonnes de poudre noire

1 four portatif au bois de 180 rations système Lespinasse

1 puits d’un débit de 13m3/ jour

 

7 canons de 120 long

7 canons de 120 long

2 canons de 155 long, 2 canons de 90

· Date de construction

· Altitude

· Effectif

· Capacité du magasin à poudre

· Boulangerie

· Alimentation en eau

 

· Armement  1879

1884 - 1890

1913 - 1914

Batterie de  Parilly

 

1878

215 mètres

151 hommes

26,6 tonnes de poudre noire

1 four portatif au bois de 200 rations système Godelle

1 puits d’un débit de 13m3/ jour

 

7 canons de 120 long

7 canons de 120 long

2 canons de 155 long, 2 canons de 90

Etat du fort et des batteries pendant la première guerre mondiale

Fin 1915, désarmement progressif du fort et des batteries pour envoyer les pièces sur le front.

En mars 1916, il reste assez de poudre noire dans les magasins pour prévoir une éventuelle destruction des ouvrages en cas d’approche de l’ennemi.

En 1917, le fort et les batteries sont désarmés, ils servent de base arrière.