www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

La place de La Fère se situe dans le département de l’Aisne en dessous de la villes de st Quentin au Nord ouest de Laon. C’est une place de seconde ligne, son rôle est de protéger la ville de Paris par une attaque de la Belgique. La place ce compose de trois forts détachés et d’une batterie annexe mais elle ne sera jamais terminée. Elle aurait du recevoir 4 autres ouvrages pour compléter sa défense (les forts de Jussy, de Tergnier, de Montfrénoy et d’Andelain)  mais ils ne seront jamais construit.

A partir de 1903, une dépêche ministérielle du 30 janvier de la même année, demande que les ouvrages de la place soit désarmés et qu’il ne soit plus établi de plan de défense. Leurs entretient ne devais pas excéder pas 60 000 Fr or par ans pour l’ensemble des ouvrages de Laon et de La Fère. A la mobilisation ils devaient recevoir une garde de territoriaux armée de 120 cartouches par hommes et par fusil.

En 1909, les quatre ouvrages sont complètement désarmés, presque à l’abandon, ils sont déclassés après la loi du 17 juillet 1912, pour des raisons politique qui demande que l’on ne fortifie pas devant un pays neutre mais aussi par mesure de crédit. Ils faut le rappeler si la Belgique est attaquée nous avons le soutient de l’Angleterre qui est la première flotte du monde. Cette mesure ouvre la route sur Paris par la Belgique, même si ses fortifications ne sont pas modernisées.

En 1914, aucunes batteries ou forts n’est armée, est les allemands prennent ses ouvrages sans grandes difficultés, il s’y installeront pendant presque toute la durée de la guerre et s’en serviront comme basse arrière pour le chemin des dames. En 1918, il détruirons volontairement la quasi-totalité des ouvrages avant leurs départs.

Dessin de VAUBOURG Julie

La place de la Fère