www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

Le fort des Ayvelles est un fort d’arrêt construit près de Charleville Mézières à 230 mètres d’altitude. Il surveille les voies ferrées qui mènent à Hirson, Reims, Montmédy et Givet et la vallée de la Meuse. Son armement est renforcé par une casemate Mougin de 155L et une batterie annexe. Le fort pouvait communiquer par liaison optique avec la citadelle de Montmédy et le fort d’Hirson par le biais du poste du Rocroi.

Le plan du fort en 1914

Après la crise de l’obus torpille, le fort n’est plus en état de remplir efficacement son rôle de fort d’arrêt, il sera donc déclassé en 1899 en ouvrage de seconde catégorie. Les pièces de gros calibre des remparts seront retirées et remplacées par des pièces de calibre inférieur type 95 ou 90 mm. Mais un léger entretien et une faible garnison s’y installera jusqu’à la première guerre mondiale.

Son rôle en 1914 est de soutenir les troupes de campagne défendant la rive gauche de la Meuse. Mais le 25 août 1914, le fort est complètement isolé et son armement ne lui permet pas de soutenir un front de près de 11 km de long. Le fort sera évacué dans la nuit du 25 au 26 août. Pendant ce temps, les allemands avaient préparés l’attaque du fort, sur lequel ils ouvrirent le feu. Voyant l’ouvrage désert, il rentreront à l’intérieur sans combat, en trouvant le corps du Commandant Levi-Alvares qui était retourné au fort pour se suicider. Ils occupèrent le fort jusqu’en 1918 et ils firent sauter les casernements avant leurs départ.

En 1940, le fort ne joua aucun rôle dans la bataille des Ardennes, il abritait le poste de commandement d’un bataillon du 148 ème régiment de forteresse. Il recevra quelques bombes le 14 mai 1940 et il sera pris par les allemands après le repli français. Pendant l’occupation, il est occupé par l’ennemi qui fusillera  13 résistants à l’intérieur de l’ouvrage.

Dans les années 1960, le fort sera ferraillé et la casemate Mougin perdra son affût et son canon qui étaient encore en place.

Aujourd’hui, il est géré par une association très sympathique qui a fait un important travail de restauration. Plus de renseignements pour les visites: http://fort.ayvelles.free.fr/

Zone de Texte: Pièces de rempart
du fort 
Zone de Texte: Cuirassements et casemates
Zone de Texte: Flanquement des fossés

1914

· Aucun projet de modernisation

Projets de modernisations

· 1888 - 1890 Construction d’un magasin sous roc dans la contre-escarpe près de l’entrée du fort et installation à l’extérieur de l’ouvrage d’un monte charge protégé par une carapace de béton spécial qui sert à remonter les munitions du magasin

· 1890 Installation de grilles défensives au dessus des caponnières

Modernisations

Armement du fort et cuirassements installés entre 1880 et 1914

Zone de Texte: Nb de pièces
Zone de Texte: 25

1884

Zone de Texte: 41

· 1 octobre 1877 - fin 1880

· 2 898 000 Fr. or construction du fort + batterie annexe

 

· 16 officiers

· 32 sous-officiers

· 832 soldats

· 1 infirmerie pour 80 malades

· 1 écurie pour 6 chevaux

 

· 160 tonnes de poudre noire

· 998 640 cartouches

· 2 fours mixte Lamoureux de 200 rations chacun

· 2 puits de 30 m de profondeur alimentant des citernes de 273 m3

· 1 pont à levis

Dates de construction

Coût des travaux en 1885

 

Effectif 880 hommes

 

 

 

 

 

Capacité des deux magasins à poudre

Capacité du magasin aux cartouches

Boulangerie

Puits et citernes

Pont de l’entrée principale

1890

Zone de Texte: 38

1903

Zone de Texte: 34

Le fort des Ayvelles ou fort Dubois-Crancé