Le fort du Chanot est un petit ouvrage construit à 310 mètres d’altitude au dessus du village de Pierre-la-Treiche, en rive gauche de la Moselle entre le fort de Villey le Sec et celui du Tillot. A sa construction en 1888, le fort est considéré comme un ouvrage qui surveille la vallée de la Moselle jusqu’à la route qui mène à Neufchâteau. L’ouvrage est transformé en fort de 1906 à 1911, sa défense rapprochée est renforcée par l’ouvrage ouest du Chanot.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le fort ne sera pas complètement ferraillé, il possède toujours ses cuirassements. Les 2 tourelles de mitrailleuses ont perdus leurs contre poids.

Aujourd’hui, le fort est en bon état, mais les murs sont recouverts de tags. Propriété de l’armée, son accès est interdit.

1909 à 1914

Zone de Texte: Pièces de rempart
de l’ouvrage
Zone de Texte: Cuirassements et casemates
Zone de Texte: Flanquement des fossés
Zone de Texte: 25

Programme 1900

Coût des travaux 424 000 Fr or

 

 

 

Cuirassements prévus en plus du

projet de 1900 en 1908

Projet de 1914

Projets de modernisation

Modernisations

Armement de l’ouvrage et cuirassements installés entre 1896 et 1914

Zone de Texte: Nb de pièces

Capacité du casernement à l’épreuve en 1914

155 places

1896 à 1908

Zone de Texte: 0

Fusils ou mitrailleuses

La défense des fossés s’effectue depuis le parapet aux fusils ou à la mitrailleuses

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions Légales

· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place de Maubeuge

Secteur Maubeuge - Verdun

La place de Reims

La place de Laon

La place de la Fère

La place de Verdun

Les hauts de Meuse

La Place de Toul

L’enceinte de Toul

L’usine frigorifique

Le magasin du Saint Michel

Le fort Saint Michel

La redoute de la Justice

Les magasins de la Justice

Le magasin de la Madeleine

La côte Barine

L’abri de combats N°7

L’ouvrage de la Cloche

L’abri de combats N°6

L’abri de combats de Noel

L’ouvrage du Bouvron

L’abri de combats de la Cutine

L’abri de combats N°5

L’ouvrage de Francheville

L’abri de combats N°4

L’ouvrage de Ropage

L’abri de combats N°3

L’ouvrage ouest du Vieux Canton

L’abri de combats de la Nibarde

L’ouvrage du Champ des Bœufs

Le fort du Vieux Canton

L’ouvrage est du Vieux Canton

L’abri de combats N°2

L’ouvrage du Mauvais Lieu

L’ouvrage du Bas du Chêne

L’ouvrage du Mordant

L’abri de combats N°1

L’ouvrage de Villey Saint Etienne

Secteur Nord-est de Toul

L’ouvrage de Fontenoy

Le fort de Gondreville

L’ouvrage du Haut des Champs

Le dépôt du Charmois

L’ouvrage du Charmois

Le magasin de Dommartin

La redoute de Dommartin

L’ouvrage de Fays

Le magasin de Chaudeney

La redoute de Chaudeney

Le magasin de Bois sous Roche

Le fort de Villey le Sec

Le réduit

La batterie Nord

Le redan Est

La batterie Sud

La batterie cuirassée de 155C

Le fort du Chanot

L’ouvrage du Chanot

L’ouvrage de Bicqueley

Le magasin du Tillot

Le fort du Tillot

L’ouvrage de Gye

Le secteur Sud-est de Toul

Le fort de Blénod

L’abri de combats de Sarvigne

L’abri de combats de Charmes la côte

Les ouvrages avancés de Charmes-la-Côte

L’ouvrage de Charmes-la-Côte

Le magasin de Charmes la Côte

L’abri de combats des Arvaux

L’abri de combats N°4

L’abri de combats N°5

Le fort de Domgermain

Le secteur sud-ouest de la place

Le magasin de Domgermain

Le fort d’Écrouves

L’abri de combats N°1

Le magasin d’Ecrouves

L’abri de combats du Val des Nonnes

L’ouvrage du Val des Nonnes

L’ouvrage du Bois Bulletin

L’abri de combats de Vatéchamp

L’ouvrage de Fayemont

Le fort de Bruley

Le secteur Nord-ouest de la place

Le fort de Lucey

La batterie cuirassée de 155R

La batterie cuirassée de 155C

Le magasin de Lucey

La position avancée Lucey Trondes

Le fort de Trondes

Les casernes

Le parc à dirigeables

Divers

La place de Langres

La trouée de Charmes

La place d’Epinal

La Haute Moselle

La place de Belfort

La trouée de Belfort

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mise à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

· 1888 – 1891

 

· Environ 150 hommes

 

· Aucun magasin à poudre

· 1 magasin à l’épreuve près de la tourelle de 75 et sous la casemate de Bourges

· 1 cuisinière de marque François Vaillant de type inconnu

· Pas de boulangerie le pain provient de la place

· Plusieurs citernes d’une capacité de 40m3. Elle sont alimentées par le réseau de voie de 60

· Aucun pont d’entrée

· Aucune

· Avec le central militaire au fort Saint Michel, le fort du Tillot et l’ouvrage ouest du Chanot grâce à un téléphone Ader et une boite de forteresse

· 4 Lampes de 10 lignes à pétrole, 2 lampes à pétrole portatives et 2 chandeliers à pétrole pour l’intérieur de l’ouvrage. Plusieurs lampes à bougie pour les tourelles et 5 projecteurs oxyacéthylénique pour l’éclairage des fossés.

Dates de construction

 

Effectif

 

Magasin à poudre

Magasin aux cartouches

Cuisine

Boulangerie

Puits et citernes

 

Pont de l’entrée principale

Communication liaison optique avec

Communication télégraphe électrique

 

Eclairage en 1914

· 1888 -1889  Construction de l’ouvrage  et d’un casernement en béton spécial de 107 places

· 1906 - 1911 Refonte complète de l’ouvrage. Construction de la casemate de Bourges qui flanque vers le fort du Thillot, elle est équipée d’un 1 observatoire cuirassé pour diriger ses tirs. Modification du fossé pour y installer des organes de flanquement (2 caponnières de gorges et 2 coffres de contre escarpe).

· 1906 - 1908 Installation de 2 observatoires cuirassés , d’1 tourelle de 75R 05  et de 2 tourelles de mitrailleuses. Les tourelles seront prêtent à tirer le 26 février 1908.

· 1906 - 1910 Connexion au réseau de télégraphie électrique

· 1906 - 1910 Mise en place d’un réseau de queues de cochon autour de l’ouvrage et de grilles défensives

· 1906 - 1914 Installation d’une ventilation manuelle pour les tourelles

· Amélioration de la gorge et des parapets et construction d’1 casemate de Bourges

· Installation d ‘1 observatoire cuirassé, d’1 tourelle de 75R 05 et de 2 tourelles de mitrailleuses

· Il n’y a pas d’organe de flanquement des fossés prévu en 1900

 

· 2 Tourelles de 155R 07 placées à l’extérieur du fort. (En 1909, on les retire du projet)

· 1 tourelle de 75R 05 qui devait être installée pour 1915

· Installation de l’éclairage, d’une ventilation électrique et d’une usine électrique de guerre possédant plusieurs moteurs thermiques qui délivre du 110 volts.

· Infanterie: 1/2 compagnie d’infanterie du 47ème Régiment d’infanterie

· Artillerie : 92 artilleurs du 6ème régiment d’artillerie à pied

Effectif à la mobilisation en 1914

Effectif à la mobilisation en 1914 à la première heure pour le secteur du Chanot (effectif des ouvrages compris)

· Infanterie : 1 officier, 175 soldats du 169ème  RI

· Artillerie : Aucun

· Génie et services divers : Aucun

Soit un effectif de 1 officier et 175 hommes

Etat du fort pendant la première guerre mondiale

· Fin 1915, désarmement progressif du fort pour envoyer les pièces d’artillerie et les munitions pouvant aller sur le front.

· En janvier 1916, il reste assez de poudre noire dans les magasins pour prévoir une éventuelle destruction de l’ouvrage en cas d’approche de l’ennemi.

 

Armement du fort fin 1915

· Aucune pièce de rempart

· 2 coffres de contre escarpe et 2 coffres de courtine armés de 5 canons révolver et 3 canons de 12 culasse avec leurs munitions

· 1 tourelle de 75R05 armée avec quelques obus

· 1 casemate de Bourges désarmée sans munition

· 2 tourelles de mitrailleuses armées

Armement du fort fin 1917

· Le fort est réarmé de mitrailleuses et fusils mitrailleurs pour la défense rapprochée

· 2 coffres de contre escarpe et coffres de courtine armés de 5 canons révolver et 3 canons de 12 culasse avec leurs munitions.

· 1 tourelle de 75R05 armée et réapprovisionnée en munitions

· 1 casemate de Bourges  armée et réapprovisionnée en munitions

· 2 tourelles de mitrailleuses armées et réapprovisionnées en munitions


Agrandir le plan