www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place de Maubeuge

Secteur Maubeuge - Verdun

La place de Reims

La place de Laon

La place de la Fère

La place de Verdun

Les hauts de Meuse

La Place de Toul

L’enceinte de Toul

L’usine et entrepôt frigorifique

Le magasin du Saint Michel

Le fort du Saint Michel

La redoute de la Justice

Les magasins de la Justice

Le magasin de la Madeleine

La Côte Barine

L’abri de combat N°7

L’ouvrage de la Cloche

L’abri de combat N°6

L’abri de combat de Noel

L’ouvrage du Bouvron

L’abri de combat de la Cutine

L’abri de combat N°5

L’ouvrage de Francheville

L’abri de combat N°4

L’ouvrage de Ropage

L’abri de combat N°3

L’ouvrage ouest du Vieux Canton

L’abri de la Nibarde

L’ouvrage du Champ des Bœufs

Le fort du Vieux Canton

L’ouvrage est du Vieux Canton

L’abri de combat N°2

L’ouvrage du Mauvais Lieu

L’ouvrage du Bas du Chêne

L’ouvrage du Mordant

L’abri de combat N°1

L’ouvrage de Villey Saint Etienne

Le secteur Nord-est de Toul

L’ouvrage de Fontenoy

Le fort de Gondreville

L’ouvrage du Haut des Champs

Le dépôt du Charmois

L’ouvrage du Charmois

Le magasin de  Dommartin

La redoute de Dommartin

L’ouvrage de Fays

Le magasin de Chaudeney

La redoute de Chaudeney

Le magasin de Bois sous Roche

Le fort de Villey le Sec

Le réduit

La batterie Nord

Le redan Est

La batterie Sud

La batterie cuirassée de 155C

Le fort du Chanot

L’ouvrage du Chanot

L’ouvrage de Bicqueley

Le magasin du Tillot

Le fort du Tillot

L’ouvrage de Gye

Le secteur Sud -Est de Toul

Le fort de Blénod

L’abri de combat de Sarvigne

L’abri de combat de Charmes

Les ouvrages avancés de Charmes-la-Côte

L’ouvrage de Charmes-la-Côte

Le magasin  de Charmes

L’abri de combat des Arvaux

L’abri de combat N°4

L’abri de combat N°5

Le fort de Domgermain

Le magasin de Domgermain

Le secteur Sud-ouest de Toul

Le fort d’Écrouves

L’abri de combat N°1

Le magasin d’Ecrouves

L’abri de combat du Val des Nonnes

L’ouvrage du Val des Nonnes

L’ouvrage du Bois Bulletin

L’abri de combat de Vatéchamp

L’ouvrage de Fayemont

Le fort de Bruley

Le secteur Nord ouest de Toul

Le fort de Lucey

La batterie cuirassée de 155R

La batterie cuirassée de 155C

Le magasin de Lucey

Le fort de Trondes

La position avancée Lucey Trondes

Les casernes

Le parc à dirigeables

Divers

La place de Langres

La trouée de Charmes

La place d’Epinal

La Haute Moselle

La place de Belfort

La trouée de Belfort

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mise à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

La place de Toul reçoit comme les places fortes de Maubeuge, Verdun, Epinal et Belfort un parc à dirigeables pour stocker des ballons captifs ou pour abriter des dirigeables destinés à l’observation ou au bombardement des cibles lointaines ennemies comme des villes industrielles.

Le premier parc à ballons appelé parc Saint Urbain est construit à Toul en 1885 sur le secteur de la Justice pour accueillir des ballons captifs destinés à l’observation des lignes ennemies. En 1905, on aménage le hangar pour recevoir le dirigeable Laubaudy. Mais le hangar se montre rapidement trop petit, il est remplacé en 1912 par deux nouveaux hangars de 95 mètres de long et de 45 mètres de haut construits sur la commune de Dommartin en rive droite de la Moselle à l’extrémité du camp de manœuvres. Ce parc a dirigeable appelé port d’attache de Dommartin peut contenir deux dirigeables croiseurs (bombardiers) de 9000 m3 et 1 dirigeable éclaireur de 9000 m3. Il est équipé d’une usine électrique, de deux usines à hydrogène type Le Large, de divers magasins pour les combustibles et le matériel aérostier.

 

En revanche, le parc à ballons de Saint Urbain garde son rôle de hangar à ballon en stockant deux ballons captifs. Il possède aussi une usine à hydrogène.

Le Lebaudy

C’est le premier dirigeable qui arrive à Toul en 1905, il est construit avec une armature semi-rigide de tissus spéciaux caoutchoutés de marque Continental mesurant 56 mètres de long, gonflé avec 3400 m3 d’hydrogène. Il peut voler à plus de 45km/h, grâce à son moteur de Mercedes-Benz de 35 chevaux qui entraine 2 hélices de 2m44 de diamètre. C’est un dirigeable bombardier qui est capable d’effectuer des vols lointains pour la reconnaissance ou pour le bombardement de villes industrielles.

Pendant la 1ère guerre, le dirigeable effectuera plusieurs missions de bombardements avant d’être détruit par l’artillerie ennemie.

 

 

 

 

 

 

 

L’adjudant Vincenot

C’est le deuxième dirigeable de la place, il arrive en 1912, après avoir été fabriqué par la société Zodiac. Il est plus grand que son frère, le Laubaudy, car il mesure 87 mètres de long et son enveloppe est gonflée par 9.600 m3 d’hydrogène. C’est un bombardier qui est capable d’effectuer des vols lointains grâce à ces deux moteurs Bayard-Clément de 130 chevaux qui entrainent 2 hélices pour voler à plus de 50 km/h. Il sera aussi détruit pendant la première guerre après avoir effectué plusieurs missions.

Le hangar de la Justice et le dirigeable Lebaudy.

Coll Lionel PRACHT

L’usine à hydrogène du hangar de la Justice pour le dirigeable Lebaudy.

Coll VAUBOURG Cédric

Le hangar de la Justice et le dirigeable Lebaudy.

Coll VAUBOURG Cédric

Le hangar de Dommartin. Coll VAUBOURG Cédric

Le hangar de Dommartin  et le dirigeable Vincenot.

Coll Lionel PRACHT

L’intérieur des hangars à dirigeables de Dommartin.

Coll VAUBOURG Cédric

Le dirigeable Laubaudy. Coll Lionel PRACHT

Le dirigeable Vincenot. Coll VAUBOURG Cédric

Le parc à ballons de Saint Urbain ou de la Justice et le parc à dirigeables de Dommartin


Agrandir le plan