www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

La batterie des Carrières est bâtie à environ 600 mètres en contre-bas du fort du Mont Verdun à une altitude de 590 mètres. Sa mission est de battre un angle mort du fort mais aussi de renforcer la défense de ce dernier sur les moyens de communication menant à Paris.

Aujourd’hui, la batterie est en très bon état, elle est gérée par l’association « Limonest Patrimoine » depuis 2007. Cette dernière y a fait d’importants travaux de restauration pour la faire visiter .

Plus de renseignent pour les visites http://www.limonest-patrimoine.net/index.php?page=lp_batcar

Aucun projet de modernisation

1890

1913 à 1914

Zone de Texte: Pièces de rempart
du fort
Zone de Texte: Cuirassements et casemates
Zone de Texte: Défense des fossés

1884

Zone de Texte: Nb de pièces
Zone de Texte: 6
Zone de Texte: 6
Zone de Texte: 3

Aucune pièce de flanquement

Aucune pièce de flanquement

Aucune pièce de flanquement

Projets de modernisations

Armement du fort et cuirassements installés entre 1879 et 1914

· Aucune

Modernisations

· 1874-1877

 

· 41 hommes

· Pas d’infirmerie

· Pas d’écurie

 

· Pas de magasin à poudre les munitions proviennent du fort.

· 1 magasin

· Pas de Boulangerie le pain provient du fort du Mont-Verdun

· L’alimentation en eau provient du fort du Mont-Verdun

· Pas de Pont-levis

· Aucune

· Avec le central militaire de la place

· Lampes à pétrole pour l’intérieur du fort, pas d’éclairage pour les fossés.

Dates de construction

 

Effectif

 

 

 

Capacité du magasin à poudre

Magasin aux cartouches

Boulangerie

Puits et citernes

Pont de l’entrée principale

Communication liaison optique avec

Communication télégraphe électrique

Eclairage en 1914

1879

Zone de Texte: 6

Aucune pièce de flanquement

Etat du fort pendant la première guerre mondiale

Fin 1915, désarmement progressif du fort pour envoyer les pièces sur le front.

En mars 1916, il reste assez de poudre noire dans les magasins pour prévoir une éventuelle destruction de l’ouvrage en cas d’approche de l’ennemi.

En 1917, le fort désarmé sert de base arrière.