Le fort de Roppe est un fort à massif central ou à batterie basse qui fait parti des premiers ouvrages près de la frontière. Son emplacement se situe au Nord de la place à 511 mètres d’altitude, d’où il surveille les routes et les voies ferrées venant de Mulhouse et de Giromagny. Il éloigne aussi la ligne d’investissement du coté de la frontière en interdisant à l’ennemi l’accès aux hauteurs de l’Arsot où il pourrait se trouver des positions dominantes. Il se combine également avec les forts du Salbert et de Giromagny pour assurer la défense de tout le pays du Nord de Belfort aux Vosges, empêchant l’ennemi de contourner la place et de couper la liaison avec le rideau de la Haute Moselle.  Il se défend aussi mutuellement avec le fort de Bessoncourt. Son armement est renforcé par deux batteries annexes.

Pendant l’entre deux guerre, un des deux coffre simple explosera accidentellement à cause des munitions qui y étaient stockées. Il ne sera pas réparé mais un petit coffre sera construit juste devant pour assurer la défense du fossé. Le fort connaitra l’épreuve du feu en juin 1940, avant d’être complètement ferraillé pendant la seconde guerre mondiale. Aujourd'hui, il est en bon état, propriété de l’armée. Son accès est interdit.

Programme 1900

Coût des travaux 1 689 000 Fr or

du fort et de la batterie Est

 

 

Cuirassements supplémentaires

rajoutés en 1906 au projet de 1900

Projets de 1908-1911

 

Projet de 1913-1914

Projets de modernisation

Modernisations

Armement du fort et cuirassements installés entre 1886 et 1914

1879

1882

1912

1914

Zone de Texte: Pièces de rempart
Fort et batteries annexe
Zone de Texte: Cuirassements et casemates
Zone de Texte: Défense des fossés
Zone de Texte: Nombre de pièces
Zone de Texte: 53
Zone de Texte: 40
Zone de Texte: 37
Zone de Texte: 40

1886

Zone de Texte: 39

1903

4 canons de 155 L

8 canons de 90

2 mortiers de 15

4 canons de 90

 à la bat Basse Est

4 canons de 120 L

à la bat haute Est

Zone de Texte: 31

1906

Zone de Texte: 42

· 1890 Construction d’un abri caverne de 252 places à l’extérieur de l’ouvrage et d’un magasin intermédiaire d’une capacité de 800 obus de 155 L

· 1880-1890 Connexion au réseau de télégraphie électrique.

· 1905 - 1909  Refonte complète de l’ouvrage, suppression des casemates à tir indirect pour la transformation d’une partie du casernement de paix en casernement bétonné de 646 places. Construction de la casemate de Bourges  qui flanque vers le fort du Mont Rudolphe et remplacement de trois caponnières par trois coffres de contre-escarpe.

· 1906 - 1908 Construction d’un abri de 25 places, d’une batterie cuirassée de 115 places équipée d’ 1 tourelle de 75 R 05 qui flanque vers le fort de Bessoncourt. La tourelle était prête à tirer le 14/04/1908

· 1907 - 1909 Installation de 3 tourelles de mitrailleuses qui seront prêtent à tirer le 4 août 1909 et de 3 observatoires cuirassés

· 1907 - 1910 Installation d’1 tourelle de 155 R 07

· 1906-1914 Installation d’un réseau de queue de cochons et de grilles défensives autour du fort et du centre de résistance. Construction d’une usine électrique pour l’éclairage des baraquements extérieurs

· 1910 - 1914 Construction de 7 abris de piquet, de plusieurs retranchement d’infanterie blindée à l’extérieur de l’ouvrage

· 1914 - 1915 Début des travaux de la batterie cuirassée de 2 tourelle de 155 R 07 et d’un abri de piquet ( Les travaux sont stoppés à cause de la guerre en 1914-1915)

· Construire deux abris de rempart de 40 places, une galerie souterraine qui relie le fort à l’abri caverne. Renforcer les communications intérieures et le magasin à poudre, remplacer les caponnières par 1 coffre double et 2 coffres simples de contre escarpe et remanier les parapets.

· Installation de 2 observatoires cuirassés, d’1 tourelle Galopin double et d’ 1 tourelle de 75 R 05  à l’extérieur de l’ouvrage. Construire un abri de combat de 60 places en contrebas de la tourelle de 75.

· Installation de 2 observatoires cuirassés supplémentaires et de 8 tourelles de mitrailleuses dans le fort et dans le secteur de Roppe. Seules 3 tourelles de mitrailleuses seront retenues et mises dans le fort. Remplacement de la tourelle de 155L par 1 tourelle de 155 R 07

· Construction d’une batterie cuirassée de 2 tourelles de 155 R 07 à l’extérieur de l’ouvrage équipée de 2 observatoires cuirassés et reliée au fort par une galerie à l’épreuve, le montage était prévu en 1915 - 1916

· Construction d’une boulangerie à l’épreuve et d’une usine électrique dans le fort

· Construction d’une batterie cuirassée de 2 tourelles de 155 C située dans le centre de résistance.

· 1er janvier 1875 - 31 décembre 1877

· 1.875.917 Fr or

 

· 13 officiers, 28 sous-officiers et 606 soldats

· 1 infirmerie pour 30 malades

· 100 tonnes et 54 tonnes de poudre noire

· 20140 gargousses de 138 et 44 856 gargousses de 7

· Pas de magasin à l’épreuve dans le fort

· 2 fours de 150 rations remplacés en 1907 par une nouvelle boulangerie équipée d’un four Lespinasse au bois de 200 rations

· 1 puits alimentant 3 citernes et 2 bacs d’une capacité total de 411,2 m3

· 1 puits d’un débit de 33,9 m3 alimentant une citerne de 16,2m 3 et un bac en béton de 101,3m3

· 1 citerne de 57,9 m3

· 1 pont levis à bascule en dessous

· avec le fort du Salbert avant modernisation

· Avec la commune d’Offemont et la casemate Denfert de la citadelle de Belfort

· Lampes à pétrole pour l’intérieur du fort, lampes à bougie pour les tourelles et oxyacétyléniques pour les fossés.

Dates de construction

Coût des travaux en 1885

 

Effectif 647 hommes en 1885

 

Capacité des deux magasins à poudre

Capacité du magasin aux cartouches

Capacité des magasins à l’épreuves

Boulangerie

 

Puits et citernes Fort

Abri caverne

Batterie Est

Pont de l’entrée principale

Communication liaison optique avec

Communication télégraphe électrique

Eclairage en 1914

Capacité du casernement à l’épreuve en 1914

(1042 places)

413 places couchées et 102 places assises dans le casernement bétonné

90 places assises dans les abris de piquets dans l’enveloppe + 180 places assises prévues dans les 4 abris de piquet en construction

252 places dans l’abri caverne extérieur

92 places assises et 93 places couchées à la batterie cuirassée de la tourelle de 75

Capacité du de paix en 1914

449 places couchées

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

Etat du fort pendant la première guerre mondiale

Fin 1915, désarmement progressif du fort pour envoyer les pièces d’artillerie et les munitions pouvant aller sur le front, mais le fort gardera quelque pièces pendant toute la durée de la guerre, car il est très près de la frontière.

En mars 1916, il reste assez de poudre noire dans les magasins pour prévoir une éventuelle destruction de l’ouvrage en cas d’approche de l’ennemi

En 1917, le fort est réarmé suite à la bataille de Verdun et les issues et les entrées du fort se voient équipées de chicanes montées avec des sacs de terre et des rondins en bois, armées de mitrailleuses et de goulottes lance grenades. Un réseau de galeries de 17 sera creusé sous le fort, il sera bétonné en grande partie dans les années 20.

1916-1918 Installation d’un groupe électrogène dans un des abris de piquet d’attente du fort pour l’éclairage électrique de certaines parties de l’ouvrage et du réseau de galerie de 17.

Armement du fort en 1916

· 1 Tourelle de 155R 07 armée possédant 100 obus

· 1 tourelle de 75R 05 sans munition.

· 3 tourelles de mitrailleuses armées de quelques munitions

· 1 casemates de Bourges avec ses affûts mais sans tube, ni munition

· 6 canons de 90

· 3 coffres de contre escarpe armés de 5 canons révolver et 4 canons de 12 culasse avec leurs munitions

Armement du fort en 1917

· 1 Tourelle de 155R 07 réapprovisionnée en munitions

· 1 tourelle de 75R 05 réapprovisionnée en munitions

· 3 tourelles de mitrailleuses réapprovisionnées en munitions

· 1 casemates de Bourges réarmée et réapprovisionnée en munitions

3 coffres de contre escarpe armés de 5 canons révolver et 4 canons de 12 culasse avec leurs munitions. On y installe 5 mitrailleuses de flanquement sur des supports fixés au mur. Elles servent à remplacer une pièce défectueuse de flanquement