· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place de Maubeuge

Secteur Maubeuge - Verdun

La place de Reims

La place de Laon

La place de la Fère

La place de Verdun

Les hauts de Meuse

La Place de Toul

La place de Langres

La trouée de Charmes

La place d’Epinal

La Haute Moselle

La place de Belfort

Le fort de Giromagny

L’ouvrage du Piton Lagace

L’abri de combat du Piton Lagace

L’ouvrage du Mont Rudolphe

L’abri de combat de Pierremont

L’ouvrage de l’Etang Neuf

Le fort de Roppe

L’enveloppe du centre de résistance

Le dépôt Gr1

L’abri caverne de Roppe

L’abri ouest

Le corps de garde Ouest

Le corps de garde Nord-Ouest

Le retranchement Nord

Le corps de garde Nord

Le corps de garde Nord-Est

Le corps de garde Est

Le corps de garde Sud-Est

La tourelle de 75 extérieure

La station contre-aéronefs de Roppe

L’abri de combat Est-Bas de Roppe

La batterie cuirassée de 155R

L’abri de combat Nord des pentes Sud de Roppe

L’abri de combat Sud des pentes Sud de Roppe

L’abri de combat du Calvaire de Roppe

Le secteur de Roppe

L’ouvrage de Denney

L’abri de combat sud de Denney

L’observatoire de Denney

Le fort de Bessoncourt

L’abri de combat Ancienne batterie D de Bessoncourt

L’abri de combat de la Ragée-au-Bailly

L’ouvrage du Rondot

L’observatoire du Rondot

L’observatoire de Pérouse

Le fort des Hautes Perches

Le fort des Basses Perches

Le réduit du Bosmont

Le magasin du Bosmont

L’abri de combat du Proc

L’ouvrage de Chèvremont

L’ouvrage des Trois Chênes

L’abri de combat Ancienne batterie 2 de Vézelois

L’ouvrage et l’abri de combat des Grands Bois

Le fort de Vézelois

L’ouvrage de Meroux

L’ouvrage de Moval

L’ouvrage des Fougerais

La casemate de Bourges ext

L’abri de combat Est des Fougerais

L’abri de combat Ouest des Fougerais

Le dépôt des Fougerais

Le fort du Bois d’Oye

Le secteur du Bois d’Oye

L’ouvrage de la Verpillère

L’ouvrage du bois des Esserts

L’ouvrage du Haut du Bois

L’abri caverne du Haut Bois

L’ouvrage d’Héricourt

Le fort Lachaux

Le fort du Mont Vaudois

Le secteur du Mont-Vaudois

L’ouvrage du Bas du Mont

L’ouvrage de la Côte d’Essert

L’ouvrage Sud du Salbert

L’ouvrage du Petit Salbert

L’ouvrage de la Forêt

L’ouvrage du Haut d’Evette

L’ouvrage Nord du Salbert

Le fort du Salbert

L’abri caverne du Salbert

L’ouvrage du Monceau

Secteur Salbert - Monceau

Château de Belfort

Le fort de la Miotte

Les magasins centraux A & B

Le fort de la Justice

Le fort des Barres

Le fort de Bellevue

Les casernes

Divers

La trouée de Belfort

La place de Besançon

La place de Dijon

Pontarlier - rideau du Jura

La place d’Albertville

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mise à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

L’ouvrage de la Côte d’Essert est construit à l’ouest de la place de Belfort, à 460 mètres d’altitude à la place d’une ancienne batterie d’artillerie à haut relief. Cette batterie en terre possédait trois traverses pleines, quatre plateformes de tir et un blockhaus en bois identique à celui du réduit du Bosmont. Rapidement, cette petite batterie est jugée trop vulnérable. Il faudra attendre quelques années, après la crise de l’obus torpille, malgré différents projets, pour voir sortir de terre un nouvel ouvrage mieux adapté pour contrôler le secteur. Sa mission est de surveiller la plaine de Châlonvillars, la route venant de Lure et les intervalles entre les forts du Salbert et du Mont Vaudois. Il interdit aussi les abords de ces ouvrages qui échappent aux vues de ces deux forts, à cause de la raideur des pentes des collines où ils sont placés.

En cas de chute du fort du Mont-Vaudois, il appuie les positions avancées en croisant ses feux avec l’ouvrage du Bas du Mont.

L’ouvrage de la côte d’Essert est l’un des premiers ouvrages intermédiaires modernes, entièrement creusé sous-roc, ce qui lui permet de résister aux nouveaux obus. Son casernement ressemble beaucoup aux chambrées des abris-cavernes de la place.

 

L’armement de l’ouvrage à la veille de la Grande guerre

 

Pièces de rempart de l’ouvrage

4 canons de 120 L sur affût SP approvisionnés à 700 coups/pièce.

4 canons de 90 sur affût de campagne approvisionnés à 600 coups/pièce.

 

Cuirassements et casemates

Aucun

 

Défense des fossés

 Coffre double de contrescarpe au saillant 2 armé de 2 canons révolver de 40 mm approvisionnés à 1800 coups/pièce.

Coffre simple de contrescarpe au saillant 3 armé d’1 canon révolver de 40 mm

approvisionnés à 1800 coups.

Coffre double de gorge armé de 2 canons révolver de 40 mm

approvisionnés à 1800 coups/pièce.

 

 

Total 13 pièces d’artillerie

 

Les différents éléments extérieurs à proximité de l’ouvrage en 1914

 

Batteries d’artillerie

Batteries d’artillerie armées 

Aucune

 

Batteries d’artillerie désarmées de mobilisation

Batterie N° 3 est placée à 400 mètres au nord-ouest d’Essert,

elle est prévue pour 4 canons de 120 Long sur affût SP

Batterie N° 4 est placée au sommet du petit Salbert,

elle est prévue pour 4 canons de 120 Long sur affût SP

 

Ouvrages d’infanterie

Ouvrage de Bas du Mont est un ouvrage terrassé construit de 1891à 1892 qui se compose de plusieurs tranchées et de 88 places couchées sous abris en charpente.

 

Abris de combat et abris cavernes

Aucun

 

Dépôts intermédiaires

Aucun

 

Magasins de secteur

Le magasin de secteur d’Urcerey est construit de 1890 à 1891,

il possède une capacité de 38 tonnes de poudre noire

 

Magasin centraux

Aucun

Projets de modernisation

 

Projet de 1884 Coût des travaux 450 000 Frs

· Projet de construction d’un ouvrage du type batterie intermédiaire de forme triangulaire, à la place de la batterie d’artillerie de la Côte-d’Essert. Il aurait dû posséder un casernement pour 3 officiers et 150 hommes avec comme équipement une infirmerie, une cuisine, une boulangerie et un magasin à poudre, un magasin aux cartouches, des fossés flanqués par deux caponnières simples et une caponnière double.

 

Projet de mai 1885 Coût des travaux 850 000 Frs

· Nouveau projet de construction d’un ouvrage du type batterie intermédiaire avec une garnison de 5 officiers, 20 sous-officiers et 240 soldats. Il possède les mêmes équipements que le projet de 1884, avec un magasin à poudre d'une capacité de 43 tonnes de poudre noire.

 

Projet de novembre 1885 Coût des travaux 650 000 Frs

· Dernier projet de construction d’un ouvrage du type batterie intermédiaire pour une garnison de 5 officiers, 12 sous-officiers et 248 soldats. Il possède les mêmes équipements que le projet de 1885, avec un magasin à poudre d’une capacité de 41 tonnes de poudre noire.

 

Programme 1900

Coût des travaux 311 000 Frs

· Modernisation de l’ouvrage avec l’installation d’un observatoire cuirassé, d’une tourelle de 75 R 05 et de 2 guérites blindées.

 

Projet de 1914

· Construction dans l’ouvrage d’une boulangerie à l’épreuve.

 

Modernisations

 

· 1890 Démontage de la batterie d’artillerie de la Côte-d’Essert et début des travaux de construction de l’ouvrage

· 1890-1900 Connexion au réseau de télégraphie électrique.

· 1894 Assainissement du magasin aux vivres.

· 1896 Réparation d’un éboulement survenu en 1895 sur la contrescarpe du fossé de tête entre les deux coffres de contrescarpe.

 

En 1914, l’ouvrage de la côte d’Essert est un ouvrage entièrement construit à l’épreuve, de première ligne. Il ne recevra pas de modernisation majeure depuis sa construction. Son armement principal est placé à l’air libre.

Equipement de l’ouvrage en 1914

L’entrée extérieure au niveau du ravelin de l’ouvrage.

©VAUBOURG Julie

Les dessus de l’ouvrage avec ses traverses abri bétonnées et ses plateformes de tir.

©VAUBOURG Cédric

L’escalier d’accès au coffre simple du saillant 3.

 Cliché VAUBOURG Julie

Une chambrée pour 52 hommes de troupe. © VAUBOURG Julie

L’abri de rempart menant au coffre simple du saillant 3

©VAUBOURG Cédric

Armement de l’ouvrage et cuirassements installés entre 1892 et 1912

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, l’ouvrage sera complètement ferraillé sous l’organisation Todt comme les autres ouvrages de la place.

Aujourd'hui, le fort appartient à la commune d’Essert. Il est géré par une association de restauration qui l’ouvre parfois aux visites à la belle saison.

 

L’entrée de l’ouvrage de la Côte d’Essert en fond de fossé et le coffre de flanquement du côté droit. ©VAUBOURG Cédric

La galerie d’accès au coffre double de contrescarpe.

©VAUBOURG Cédric

Etat de l’ouvrage pendant la première guerre mondiale

 

Fin 1915, désarmement progressif de l’ouvrage pour envoyer les munitions pouvant aller sur le front.

En mars 1916 , il reste assez de poudre noire dans les magasins pour prévoir une éventuelle destruction de l’ouvrage en cas d’approche de l’ennemi.

En 1917, l’ouvrage est réorganisé suite à la bataille de Verdun et les issues et les entrées du fort se voient équipées de chicanes montées avec des sacs de terre et des rondins en bois, armées de mitrailleuses et de goulottes lance grenades.

La première chambre de tir du coffre double. ©VAUBOURG Cédric

L’ouvrage de la Côte-d’Essert

Un passage couvert près du puits de l’ouvrage. © VAUBOURG Julie

L’entrée de l’ouvrage. Cliché VAUBOURG Julie

Le passage du ravelin. Cliché VAUBOURG Julie

La galerie principale de l’ouvrage.

Cliché VAUBOURG Julie

La date de construction au dessus du passage du ravelin.

Cliché VAUBOURG Julie

La galerie principale du ravelin. Cliché VAUBOURG Cédric

L’entrée de l’ouvrage.

Cliché VAUBOURG Cédric

Une galerie des casernements. 

Cliché  VAUBOURG Julie

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

Le fossé de gorge derrière le ravelin.

Cliché VAUBOURG Julie

Rectangle à coins arrondis: Suite des photos

Dates de construction de la batterie

Effectif de la batterie

 

Dates de construction de l’ouvrage

Coût des travaux prévus en 1890

 

Effectif de l’ouvrage 126 hommes

· Début 1877 au 31 décembre 1877

· Aucun

 

· 1890-1892

· 585 900 Frs

 

· 6 officiers

· 12 sous-officiers

· 108 soldats

Capacité du casernement à l’épreuve

Capacité des casernement en maçonnerie

Capacité du magasins à poudre

Capacité du magasin aux cartouches

 

 

· 126 places couchées et 104 places assises

· Aucun

· 8 tonnes de poudre noire

· 1600 coups de 120 en 1892

Cuisine

Boulangerie

Puits et citernes

 

Pont de l’entrée principale

· 1 cuisinière de marque François Vaillant

· Pas de boulangerie, le pain provient de la place

· 1 puits d’un débit de 3m³ par jour

· 1 pont levis à bascule en dessous à l'intérieur de la galerie de l’entrée

Communication liaison optique

Communication télégraphe électrique

 

Eclairage en 1914

· Aucune

· Avec le central militaire au Château grâce à un téléphone Ader et une boite de forteresse

· Lampes à pétrole ou à bougies pour l’intérieur de l’ouvrage

· 7 quinquets de 7 lignes avec suspension et éjecteur.

· 31 cages à applique à serrure

· 4 cages à applique sans serrure

· 2 chandeliers en cuivre

· 7 lanternes portatives avec bec de 7 lignes

 

1892

1903

1906

1908

1912

Pièces de rempart

de l’ouvrage

8 canons de 120L

4 canons de 90 sur affût de campagne

4 canons de 120L

Cuirassements et casemates

 

Défense des fossés

5 canons révolver de 40

Nb de pièces

13

13

13

13

13