L’armement principal des fortifications Séré de Rivières construites avant 1885, est placé à l’air libre. Il se compose de pièces d’artillerie en bronze rapidement remplacées par des pièces en acier allant du calibre de 80 mm au 220 mm de diamètre.

Cet armement est placé sur des plates-formes de tir camouflées aux yeux de l’ennemi pouvant recevoir une ou deux pièces d’artillerie, placées sur des plates-formes en bois. Elles sont séparées par des traverses abris qui servent à protéger le matériel du service de l’artillerie, les munitions et les artilleurs des bombardements. Elles empêchent aussi, par leur massif de terre, la destruction avec le même obus de deux plates-formes de tir.

Pour approvisionner les pièces d’artillerie sur leur plate-forme de tir et les traverses abris, les soldats passent par la rue des remparts. Ce passage à l’air libre mesure généralement 7,8 mètres de large. Il se situe en contrebas des plates-formes de tir pour échapper aux coups rasants. 

 

Dans la très grande majorité des ouvrages, comme au fort de la Drette à Nice ou au fort d’Arches à Épinal, l’armement est placé autour des casernements, on appelle ce type de fortification «fort à massif central».

Cet armement peut aussi être placé au-dessus des casernements pour des raisons budgétaires ou pour adapter la fortification au terrain surtout en milieu montagneux. Ces fortifications sont appelées «fort à cavalier», si elles possèdent un parapet pour l’infanterie autour des casernements comme au fort du Bois d’Oye à Belfort, ou «fort à crête unique», pour les fortifications plus petites qui ne possèdent qu’une seule ligne de feu pour l’infanterie ou l’artillerie comme au fort de la Grande Haye ou d’Uxegney à Épinal.

Dans certains forts très stratégiques, une partie de l’armement est placé sous des     cuirassements très couteux qui protègent les pièces d’artillerie des bombardements.

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

L’installation d’un canon de 155 Long sur une plate-forme de tir d’un fort d’Epinal. Collection VAUBOURG Cédric

· Accueil

· Le Système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les différents types de fortifications

· Les forts de 1870 à 1885

· La crise de l’obus Torpille

· Les forts de 1885 à 1914

· Les différents éléments qui composent un fort

· Les différents éléments extérieur aux forts

· L’entrée des ouvrages

· L’entrée de guerre

· Les fossés

· Les réseaux de fils de fer

· Les caponnières

· Les coffres de contrescarpe

· Les casernements

· Les escaliers

· Les casernements bétonnés

· Les renforcements des forts

· Les chambrées

· La cuisine

· La boulangerie

· Puits et citernes

· Les latrines et les lavoirs

· L’éclairage des forts

· L’usine électrique

· Les postes optiques

· Le chauffage et la ventilation

· Les magasins à poudre

· Les magasins aux cartouches

· Les magasins sous roc

· Les traverses abris

· Les abris de rempart

· Les parapets d’infanterie

· Les masques d’infanterie blindés

· Les cuirassements et casemates

· Les batteries d’artillerie

· Les batteries côtières

· Les batteries cuirassées

· Les ouvrages d’infanterie

· Les abris cavernes

· Les abris de combat

· Les magasins centraux

· Les magasins de secteur

· Les magasins intermédiaires

· La voie de 60

· Les forts de 1914 à 1918

· Les travaux de 17

· Les galeries de 17

· Les Cloches Pamart

· L’artillerie de 1874 à 1914

· Les mitrailleuses

· Les pièces d’artillerie terrestre

· Les pièces d’artillerie côtière

· Cuirassements et Casemates

· Les casemates d’artillerie cuirassées

· Les tourelles tournantes

· Les tourelles à éclipses

· Les casemates d’artillerie

· Les observatoires

· La cloche Pamart

· Les forts de France

· L’armée Française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mises à jour

· Statistiques

· Attention

Un canon de 155 L sur une plateforme de tir du fort du Cognelot.

Collection d Lionel PRACHT

La rue des rempart - les plateformes de tir et les traverses-abri