Les batteries à hauts reliefs sont des batteries d’artillerie construites avant 1885 souvent annexes aux forts. Elles possèdent une traverse-abri pour les servants ou les munitions et parfois un fossé qui les protègent.

Deux pièces de 155L dans une batterie d’artillerie avant 1914.

Collection Lionel PRACHT

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

· Accueil

· Le Système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les différents types de fortifications

· Les forts de 1870 à 1885

· La crise de l’obus Torpille

· Les forts de 1885 à 1914

· Les différents éléments qui composent un fort

· Les différents éléments extérieur aux forts

· L’entrée des ouvrages

· L’entrée de guerre

· Les fossés

· Les réseaux de fils de fer

· Les caponnières

· Les coffres de contrescarpe

· Les casernements

· Les escaliers

· Les casernements bétonnés

· Les chambrées

· La cuisine

· La boulangerie

· Puits et citernes

· Les latrines et les lavoirs

· L’éclairage des forts

· L’usine électrique

· Les postes optiques

· Le chauffage et la ventilation

· Les magasins à poudre

· Les magasins aux cartouches

· Les magasins sous roc

· Les traverses abris

· Les abris de rempart

· Les parapets d’infanterie

· Les masques d’infanterie blindés

· Les cuirassements et casemates

· Les batteries d’artillerie

· Les batteries côtières

· Les batteries cuirassées

· Les ouvrages d’infanterie

· Les abris cavernes

· Les abris de combat

· Les magasins centraux

· Les magasins de secteur

· Les magasins intermédiaires

· La voie de 60

· Les forts de 1914 à 1918

· Les travaux de 17

· Les galeries de 17

· Les Cloches Pamart

· L’artillerie de 1874 à 1914

· Les mitrailleuses

· Les pièces d’artillerie terrestre

· Les pièces d’artillerie côtière

· Cuirassements et Casemates

· Les casemates d’artillerie cuirassées

· Les tourelles tournantes

· Les tourelles à éclipses

· Les casemates d’artillerie

· Les observatoires

· La cloche Pamart

· Les forts de France

· L’armée Française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mises à jour

· Statistiques

· Attention

Les batteries d’artillerie

Entre 1874 et 1884, les batteries d’artillerie peuvent protéger un angle mort qu'un fort ne peut pas défendre ou compléter l’armement des forts dans un secteur .

Après la crise de l’obus torpille en 1885, ces batteries sont utilisées en grand nombre dans les places fortes pour disperser l’artillerie des forts sur les premières lignes des places. Leur rôle est de décentraliser l’armement des forts en le camouflant dans les intervalles.

Ces nouvelles batteries sont placées dans une large et profonde tranchée, le long de laquelle on place 4 à 8 plates-formes de tirs, séparées par des traverses abris en terre. Le ravitaillement est assuré par le réseau de voie de 60 ou à cheval par le chemin stratégique.

Ses batteries sont utilisées de 3 manières :

· Les batteries à vue directe ou de crête sont armées de canons du type 155L, 120L, 95, 90 ou 80 pour effectuer des tirs tendus

· Les batteries de défilement ou hors de vue sont armées d’obusiers de 155C, 120C, de mortiers de 220 ou de canons de 120L, 155L

· Les batteries cuirassées sont équipées de tourelles Galopin de 155R ou tournantes de 155C pouvant ouvrir le feu pendant les bombardements

 

En 1914, il existe 4 types de construction de batterie :

 

Les plus sommaires sont des positions en terre, équipées de niches à munitions placées le long de la voie de desserte, ou le long de la plateforme de tir.

Les batteries d’artillerie modèle 1907 sont les plus modernes, entièrement érigées en béton pour leur permettre de résister aux obus légers ou aux éclats d’obus. Elles possèdent généralement deux abris pour les servants plus ou moins spacieux et deux magasins à munitions appelés magasins de batterie possédant deux pièces pour les gargousses et les projectiles. Les plateformes de tirs sont délimitées par des éléments en béton préfabriqués.

 

Les batteries en pierre modèle 1886 sont construites après la crise de l’obus torpille pour décentraliser l’armement. Elles possèdent des niches à munitions en maçonnerie et sont parfois équipées d’abris en bois ou en maçonnerie pour les servants.

Dans les 4 places du nord Est (Verdun, Toul, Épinal et Belfort), les batteries d’artillerie sont souvent entourées par une clôture protégée par un réseau de fils de fer et de queues de cochon.

La batterie d’artillerie à hauts reliefs annexe est du réduit des Friches de la place forte d’Epinal. Cliché VAUBOURG Julie

La batterie d’artillerie en Pierre M45 modèle 1886 de la Grosse Poichotte de la place forte d’Epinal. Cliché VAUBOURG Julie

La batterie d’artillerie modèle 1907 de Courbaton de la place forte de Bourg-Saint Maurice.

Cliché VAUBOURG Julie

Plan d’une batterie d’artillerie à haut relief

Plan d’une batterie d’artillerie en pierre modèle 1886

Plan d’une batterie d’artillerie bétonnée modèle 1907

Rectangle à coins arrondis: Haut de page