Chaque fort possède une boulangerie pour produire son pain, sauf sur certains ouvrages de place où il y a parfois une boulangerie pour plusieurs forts, c’est le cas par exemple à Épinal pour le fort de Bois l’abbé qui ravitaillait en pain ceux de la Grande Haye  et d’Uxegney.

La boulangerie se compose de deux parties, une manutention où était produit le pain et une paneterie où le pain était stocké pendant trois jours avant d’être consommé.

La manutention possède un ou plusieurs fours pour la cuisson du pain, dont la taille varie en fonction du nombre de soldats à nourrir. Il pouvait comporter un ou deux foyers, sa capacité se mesure en ration (2 rations correspondent à 1 pain). Les plus grosses manutentions possédaient des fours qui pouvaient atteindre une production de 380 rations de pain par jour.

 

Dans les fortifications de cette période, le four est construit en briques et le foyer en pierres réfractaires recouvertes d’une couche de sable, le tout fermé par une trappe en fonte. La cuisson du pain permettait très souvent de chauffer de l’eau pour les différents usages de la boulangerie.

Ces fours étaient fabriqués par plusieurs marques comme Guessot, Delacourt, Lamoureux, Lespinasse et bien d’autres encore. Aujourd’hui, la grande majorité des fours ont été vandalisés pour récupérer divers éléments, seuls quelques-uns d’entre eux sont encore en bon état.

 

 

Le four en tôle portatif

Après la crise de l'obus torpille, les fours en briques dans les casernements en maçonnerie sont devenus vulnérables aux vibrations des bombardements. Ils peuvent être remplacés dans les places fortes par une boulangerie d'un ouvrage voisin ou par la manutention de la place. Mais dans les forts isolés, le pain ne peut pas provenir de l'extérieur. On équipe donc après 1890 une grande partie des forts d'arrêts ou de rideau de fours portatifs en tôle, modèle Lespinasse de 180 rations qui fonctionnent au bois ou au charbon. En 1914, certaines places fortes prévoyaient à la mobilisation, d'équiper leurs ouvrages de ce type de four.

Aujourd'hui, il n'existe à notre connaissance plus de four portatif, mais leur emplacement dans certains ouvrages est bien visible.

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

Le four à pain du fort de Razimont (Epinal).  Cliché VAUBOURG Cédric

Le four à pain du fort de Bois l’Abbé (Epinal).  Cliché VAUBOURG Cédric

Le four à pain du fort de Paillet  (Lyon).  Cliché VAUBOURG Cédric

· Accueil

· Le Système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les différents types de fortifications

· Les forts de 1870 à 1885

· La crise de l’obus Torpille

· Les forts de 1885 à 1914

· Les différents éléments qui composent un fort

· Les différents éléments extérieur aux forts

· L’entrée des ouvrages

· L’entrée de guerre

· Les fossés

· Les réseaux de fils de fer

· Les caponnières

· Les coffres de contrescarpe

· Les casernements

· Les escaliers

· Les casernements bétonnés

· Les renforcements des forts

· Les chambrées

· La cuisine

· La boulangerie

· Puits et citernes

· Les latrines et les lavoirs

· L’éclairage des forts

· L’usine électrique

· Les postes optiques

· Le chauffage et la ventilation

· Les magasins à poudre

· Les magasins aux cartouches

· Les magasins sous roc

· Les traverses abris

· Les abris de rempart

· Les parapets d’infanterie

· Les masques d’infanterie blindés

· Les cuirassements et casemates

· Les batteries d’artillerie

· Les batteries côtières

· Les batteries cuirassées

· Les ouvrages d’infanterie

· Les abris cavernes

· Les abris de combat

· Les magasins centraux

· Les magasins de secteur

· Les magasins intermédiaires

· La voie de 60

· Les forts de 1914 à 1918

· Les travaux de 17

· Les galeries de 17

· Les Cloches Pamart

· L’artillerie de 1874 à 1914

· Les mitrailleuses

· Les pièces d’artillerie terrestre

· Les pièces d’artillerie côtière

· Cuirassements et Casemates

· Les casemates d’artillerie cuirassées

· Les tourelles tournantes

· Les tourelles à éclipses

· Les casemates d’artillerie

· Les observatoires

· La cloche Pamart

· Les forts de France

· L’armée Française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mises à jour

· Statistiques

· Attention

La boulangerie ou la manutention

Le four à pain du fort de Vincennes à Paris en 1916 © BDIC