· Accueil

· Le Système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les différents types de fortifications

· Les forts de 1870 à 1885

· La crise de l’obus Torpille

· Les forts de 1885 à 1914

· Les différents éléments qui composent un fort

· Les différents éléments extérieur aux forts

· L’entrée des ouvrages

· L’entrée de guerre

· Les fossés

· Les réseaux de fils de fer

· Les caponnières

· Les coffres de contrescarpe

· Les casernements

· Les escaliers

· Les casernements bétonnés

· Les renforcements des forts

· Les chambrées

· La cuisine

· La boulangerie

· Puits et citernes

· Les latrines et les lavoirs

· L’éclairage des forts

· L’usine électrique

· Les postes optiques

· Le chauffage et la ventilation

· Les magasins à poudre

· Les magasins aux cartouches

· Les magasins sous roc

· Les traverses abris

· Les abris de rempart

· Les parapets d’infanterie

· Les masques d’infanterie blindés

· Les cuirassements et casemates

· Les batteries d’artillerie

· Les batteries côtières

· Les batteries cuirassées

· Les ouvrages d’infanterie

· Les abris cavernes

· Les abris de combat

· Les magasins centraux

· Les magasins de secteur

· Les magasins intermédiaires

· La voie de 60

· Les forts de 1914 à 1918

· Les travaux de 17

· Les galeries de 17

· Les Cloches Pamart

· L’artillerie de 1874 à 1914

· Les mitrailleuses

· Les pièces d’artillerie terrestre

· Les pièces d’artillerie côtière

· Cuirassements et Casemates

· Les casemates d’artillerie cuirassées

· Les tourelles tournantes

· Les tourelles à éclipses

· Les casemates d’artillerie

· Les observatoires

· La cloche Pamart

· Les forts de France

· L’armée Française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mises à jour

· Statistiques

· Attention

Les masques blindés font partis du 3ème type de parapet d’infanterie que l’on trouve dans les forts ou dans les ouvrages d’infanterie des 4 places de l’Est (Verdun, Toul, Epinal et Belfort). Leur rôle est de protéger l’infanterie dans un secteur à défendre en priorité.

Les masques mesurent environ 1m80, ils se composent d’un blindage ne résistant qu’au tir de balles par lequel les soldats peuvent tirer avec leurs fusils grâce à des fentes aménagées. Un abri léger placé sous le masque abrite les hommes en cas de bombardement.

En 1914, il existe deux types de masques blindés :

· Le premier modèle possède un masque fixe qui est maintenu dans le béton. Son inconvénient est qu’il est en permanence visible aux yeux de l’ennemi.

· Le deuxième modèle est équipé d’un masque rabattable que l’on peut rabattre quand il n’est pas utilisé et sortir au moment des combats. Ce système permet de camoufler le retranchement blindé aux yeux de l’ennemi tant qu’il n’est pas utilisé.

 

Les masques blindés rabattables ou fixes

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

Les masques fixes du retranchement de Roppe (Belfort). Cliché VAUBOURG Julie

Les masques fixes du retranchement de Roppe (Belfort). Cliché VAUBOURG Julie

Les masques fixes du retranchement de Roppe (Belfort).

Cliché VAUBOURG Julie

Détail de la reconstitution des masques mobile de la Nibarde à Toul.

Cliché VAUBOURG Julie

Des masques blindés mobile au retranchement de la Nibarde

à Toul Cliché VAUBOURG Cédric

Un des derniers masques mobile au retranchement N°2 à

Froideterre Verdun. Cliché VAUBOURG Cédric

Détail des gonds des masques mobiles du retranchement d’infanterie N°2 .(Verdun)

Cliché VAUBOURG Cédric

Rectangle à coins arrondis: Haut de page

Le retranchement de masque fixe ferraillé du Haut-Bois.( Belfort) Cliché VAUBOURG Cédric