Le canon de 155 long modèle 1877 est développé par le Colonel De Bange. C’est une pièce d’artillerie lourde montée sur des affûts de siège et de place modèle 1877 qui est dédiée à la lutte des batteries de siège où à détruire les obstacles résistants que l’ennemi pourrait aménager.

Sa propriété caractéristique consiste dans l’action puissante de son tir de plein fouet contre les principaux obstacles matériels. Mais, cette bouche à feu organisée plus spécialement pour le tir à fortes charges, perd une grande partie de sa précision dans le tir à charge réduite.

 

Propriétés du canon de 155L

Ce canon est en 1914, le plus puissant des canons à tir tendu destiné essentiellement à l’armement des places fortes, mais il possède peu de mobilité par rapport au canon de 120 long 

Il tire des obus à grande capacité intérieure susceptibles de produire des effets de chocs et surtout des explosions considérables contre des obstacles résistants qui se présentent couramment dans la guerre de siège (massifs de terres, blindages, maçonnerie etc.).

Son tire est très juste jusqu’à 3000 mètres. Il peut encore, jusqu'à près de 4000 mètres, être efficacement dirigé sur des obstacles de dimensions restreintes, tel qu’une batterie de siège. Au delà de 4000 mètres, il est préférable de réserver le tir de cette bouche à feu contre des villages, des cantonnements, etc.

La charge de la gargousse de 9 kg ne devra être employée qu’exceptionnellement car elle fatigue beaucoup le matériel, sans donner beaucoup plus de résistance au tir que celle de 7 kg .

 

Emploi et rôle dans la défense des places fortes

Dans la défense des places, le canon de 155 long sera principalement utilisé pour produire, par un tir direct, de grands effets destructeurs contre des obstacles de dimensions restreintes. Toutefois, on devra éviter d’utiliser l’obus ordinaire pour agir contre des épaulements en terre à des distances supérieures à 2500 mètres. Au-delà, ce rôle devra être réservé, dans les places qui en sont pourvues, aux projectiles chargés d’explosifs puissants.

Cette bouche à feu peut être employée utilement, à tir indirect, dans la lutte d’artillerie, principalement aux grandes distances. En dessous de 3000 mètres, à moins de dispositions spéciales du terrain, le tir indirect doit être exécuté, autant que possible avec des canons courts (obusiers de 155 C ou de 120 C) ou des mortiers rayés de 220 et de 270 mm.

On ne devra utiliser le canon de 155 long pour gêner, par un tir à obus à balles, les mouvements de troupes de l’ennemie, que lorsque la distance à laquelle s’effectuent ces mouvements rend l’emploi des pièces de 155 long nécessaire et que les canons de portée égale, mais de calibre plus petit, font défaut sur la position ou sont trop  petit en nombre pour qu’on puissent se contenter de les utiliser seuls.

Il y a d’ailleurs tout intérêt pour les places, au point de vue des facilités d’armement des lignes de défense, de ravitaillement des batteries et d’emmagasinement des munitions, à considérer cette prescription comme générale et à n’employer les bouches à feu à un usage pour lequel des pièces moins puissantes suffiraient que lorsque ces dernières font défaut.

Avant la crise de l’obus torpille en 1886, ces canons équipent un grand nombre d’ouvrages particulièrement à l’air libre dans la rue des rempart ou sous tourelles Mougin mle 1876 et casemates Mougin contre le canon de siège.

Mais depuis 1888-95, ces canons de 155 long sont spécialement destinés aux places importantes, qui doivent résister à une artillerie de siège et qui sont largement pourvues de moyens de transport et d’emmagasinement.

Ils sont affectés de préférence aux fronts particulièrement menacés d’une attaque régulière et figureront en général dans l’armement de mobilisation de la place, soit pour les batteries de la première ligne de défense, soit pour les tourelles1 destinées aux tirs à grandes distances2, dont ils constituent l’armement ordinaire. Ils sont en effet particulièrement aptes à rendre des services au début du siège pendant les opérations lointaines de l’ennemi, lorsque ce dernier exécute l’investissement de la place et installe ses premières batteries.

Les canons de 155 long feront également partie de l’armement des fort isolés qui possèdent des tourelles Mougin mle 1876, des tourelles Galopin mle 1890 et des casemates Mougin contre le canon de siège.

 

1 tourelle Mougin mle 1876, tourelle Saint-Chamond, tourelle Buissière de gros calibre, tourelle Galopin mle 1890 et casemate Mougin contre le canon de siège

2  après 1905, les canons de 155 long seront remplacés dans les nouvelles tourelles cuirassées ( tourelle Galopin de 155R07) par un canon de 155 raccourci à tir rapide équipé d’une culasse Canet qui possède une puissance de feu supérieure et une portée de tir égale par rapport à un canon de 155L sous tourelle.

 

En 1914, le canon de 155 long est disponible à 1392 exemplaires, il est surtout utilisé par les régiments d’artillerie à pied dans les fortifications de première catégorie et dans les batteries d’artillerie qui sont souvent aménagées en temps de paix. Quelques régiments d’artillerie lourde de campagne utilisent aussi cette lourde pièce qui se déplace en plusieurs parties. Mais, pour être correctement utilisée en dehors des fortifications par l’artillerie de campagne, elle demande l’aménagement de plateforme de tir ou l’installation après 1913, de ceintures de roues appelées cingolis qui améliorent la stabilité de la pièce.

La longue portée de cette pièce lui permettra d’être utilisée dans de rares cas sur les batteries d’artillerie côtières.

Certaines de ces pièces seront modifiées en 1917 pour être améliorées. Elles seront utilisées jusqu’au deuxième conflit mondial par les français et les allemands.

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

Canon de 155L à Rupt-en-Woëvre. Cliché VAUBOURG Julie

Canon de 155L à Rupt-en-Woëvre.  Cliché VAUBOURG Julie

· Accueil

· Le Système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les différents types de fortifications

· Les forts de 1870 à 1885

· La crise de l’obus Torpille

· Les forts de 1885 à 1914

· Les forts de 1914 à 1918

· Les différents éléments qui composent un fort

· Les différents éléments extérieur aux forts

· L’artillerie de 1874 à 1914

· Les mitrailleuses

Les canons à balles

Les canons revolver de 40

Les canons revolver

de 37 et 47 mm

La mitrailleuse Gattling

La mitrailleuse Hotchkiss

La mitrailleuses Saint-Etienne

· Les pièces d’artillerie terrestre

· Les pièces d’artillerie côtière

Les mortiers lisses

Les canons de 4

Les canons de 5

Les canons de 7

Les canons de 12

Les canons Hotchkiss de 47

Les canons de 65 TR

Les canons de 75

Les canons de 80

Les canons de 90

Les canons de 95

Les canons de 100 TR

Les canons de 105

Les canons de 120 L

Les obusiers de 120 C

Les canons de 138

Les canons de 155 L

Les obusiers de 155 C

Les obusiers de 155 C Rimailho

Les canons de 19 C

L’obusier de 22 de côte

Les mortiers de 220

Les canons de 24C et 240G

Les mortiers de 270

Les canons de 27C et 274G

Les mortiers de 30 C

Les canons de 32 C

Les canons anti-aériens

Les affuts-trucs

· Cuirassements et Casemates

· Les casemates d’artillerie cuirassées

· Les tourelles tournantes

· Les tourelles à éclipses

· Les casemates d’artillerie

· Les observatoires

· La cloche Pamart

· Les forts de France

· L’armée Française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mises à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

Détail de l’affût du canon de 155L à Rupt-en-Woëvre posé sur sa sellette.

Cliché VAUBOURG Julie

Détail de la culasse du canon de 155L à Rupt-en-Woëvre.

Cliché VAUBOURG Julie

Un canon de 155 L au musée de l’artillerie à Draguignan

Cliché VAUBOURG Julie

Photo d’un canon de 155L modèle 1877 sur affût de Siège et place au musée de l’artillerie à Draguignan. Cliché VAUBOURG Julie

Le canon de 155 long modèle 1877 de Bange

Une pièce de 155L dans une fortification. Collection Lionel PRACHT

Manœuvre d’une pièce de 155L dans une batterie d’artillerie bétonnée.

Collection Lionel PRACHT

Des soldats à coté d’une pièce de 155L. Collection Lionel PRACHT

Une pièce de 155L au fort des Têtes à Briançon placée sur une plateforme de tir équipée d’un frein hydraulique. Collection Lionel PRACHT

Les roues équipées de cingolis du canon de 155L à Rupt-en-Woëvre. Cliché VAUBOURG Julie

Canon de 155L à Rupt-en-Woëvre. Cliché VAUBOURG Julie

Un canon de 155L au mémorial de Verdun. Cliché VAUBOURG Julie

2 canons de 155L dans la tourelle Mougin du fort de Villey le Sec a Toul.

Cliché VAUBOURG Cédric

Un canon de 155L au mémorial de Verdun. Cliché VAUBOURG Julie

Détail de la culasse du canon de 155 L au musée de l’artillerie à Draguignan. Cliché VAUBOURG Julie

Un canon de 155 L mle 1877 modifié en 1917 au musée de l’artillerie à Draguignan

Cliché VAUBOURG Julie

La plaque constructeur de l’affût du canon de 155 L au musée de l’artillerie à Draguignan. Cliché VAUBOURG Julie

Un canon de 155 L au musée de l’artillerie à Draguignan

Cliché VAUBOURG Julie

Une sellette pour poser l’arrière du canon de 155L sur une plate-forme de tir au musée de l’artillerie à Draguignan. Cliché VAUBOURG Julie

Rectangle à coins arrondis: Haut de page

Photo d’un canon de 155 long . Extrait du Matériel de l'artillerie et des équipages militaires / Photographies par V. Roger .

Source BNF Bibliothèque nationale de France

Culasse d’un canon de 155 long . Extrait du Matériel de l'artillerie et des équipages militaires / Photographies par V. Roger .

Source BNF Bibliothèque nationale de France

Caractéristiques de la bouche à feu du canon de 155 long modèle 1877

Date du modèle …………………...…………………….………………………………………………………………………………………………

Pièce ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Diamètre de l’âme entre les cloisons (calibre) ...…………………………………………………………………………………………………….

au fond des rayures …………………………………………………………………………………………………………………………

de la chambre à poudre ……………………………………………………………………………………………………………………

du logement de la vis au fond des filets …………………………………………………………………………………………………

Diamètre extérieur au premier renfort ……………………………………………………………………………………………………………….

de la partie cylindrique du tube sous le frettage …………………………………………………………………………………………

minimum à la volée …………………………………………………………………………………………………………………………

Tourillons diamètre …………………………………………………………………………………………………………………………………….

 longueur …………………………………………………………………………………………………………………………………….

 distance de l’axe à la tranche de la culasse …………………………………………………………………………………………….

 à l’axe de la pièce …………………………………………………………………………………………………….

Ecartement des embases ……………………………………………………………………………………………………………………………..

Ligne de mire  longueur ……………………………………………………………………………………………………………………………….

distances à l’axe de la pièce horizontale …………………………………………………………………………………………..

 verticale …………………………………………………………………………………………….

Culasse …………………..……………………………………………………………………………………………………………………………..

Vis de culasse longueur du corps ……………………………………………………………………………………………………………………

de la partie filetée …………………………………………………………………………………………………………

 diamètre au fond des filets ………………………………………………………………………………………………………….

sur les filets ………………………………………………………………………………………………………………..

Poids complet du mécanisme de culasse avec étoupille à friction ..……………………………………………………………………………..

Mécanisme de mise à feu des pièces sur affût de siège ..………………………………………………………………………………………..

 sur affût de tourelle ou de casemate ……………………………………………………………………

Diamètre de la lumière ………………………………………………………………………………………………………………………………..

Longueur de la bouche à feu seule …………………………………………………………………………………………………………………..

 de la chambre à poudre …………………………………………………………………………………………………………………...

 totale des chambres des projectiles et des cônes de raccordement …………………………………………………………………

 de la partie rayée …………………………………………………………………………………………………………………………..

 de l’emplacement réservé à la gargousse l’obus en place ……………………………………………………………………………

 d’âme ………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Hauteur du champignon de la tête mobile ……………………………….………………………………………………………………………….

Capacité offerte au gaz l’obus en place ……………………………………………………………………………………………………………..

Poids de la bouche à feu ……………………………………………………………………………………………………………………………...

Rayures nombre………………………………………………………………………………………………………………………………………..

 inclinaison initiale ………………...………………………………………………………………………………………………………….

 finale ……………………………………………………………………………………………………………………………..

pas final en calibre ……………………………………………………………………………………………………………………………

Longueur totale du frettage au 1er rang ……………………………………………………………………………………………………………..

 au 2ème rang ………………………………………………………………………………………………………….

 totale de la partie frettée …………………………………………………………………………………………………………………..

Longueur de l’écouvillon long …………………………………………………………………………………………………………………………

    court ……………………………………………………………………………………………………………………….

Prépondérance à la tranche de la culasse ………………………………………………………………………………………………………….

Composition de la bouche à feu ………………………………………………………………………………………………………………………

Prix approximatif de la bouche à feu avec mécanisme sans affût ..………………………………………………………………………………

1877

canon de 155 long

155 mm

157 mm

160 mm

182,5 mm

440 mm

300 mm

222 mm

180 mm

140 mm

1370 mm

0

440 mm

1,4 m

190 mm

156 mm

à vis système de Bange

252 mm

165,2 mm

169,5 mm

182 mm

61,6 kg

étoupille à friction

étoupille électrique

5,6 mm

4,2 m

700 mm

40 mm

3,171 m

119,5 mm

3,843 m

52 mm

12,73 litres

2530 kg

48 à gauche progressives

1°32’37’’

13

1,755 m

1,26 m

1,8 m

4,99 m

1,75 m

-28 mm

acier

17 800 Fr or

Caractéristiques des affûts et de la plate-forme du canon de 155 long modèle 1877

Poids

de l’affût de siège et place (SP) modèle 1877 .…………………………………………

des affûts de tourelle et de casemate Mougin mle 1883 ..…………………………….

des châssis …………………………………………………………………………………

total de la bouche à feu et de l’affût de siège (SP) modèle 1877 .……………………

total de la bouche à feu, des affûts et châssis de tourelle et de casemate Mougin

3276 kg

5160 kg

4000 kg

5806 kg

1169 kg

Voie de l’affût de siège ( SP) …………………………………………………………………………………………………………………………..

1,465 m

Longueur de l’essieu

de l’affût de siège (SP) modèle 1877 .…………………………………………………..

de l’affût de tourelle ou de casemate Mougin mle 1883 ..…………………………….

2,036 m

1,13 m

Longueur totale de la pièce de la tranche de la bouche à l’extrémité de la crosse de l’affût de siège (SP) modèle 1877 .…………………

à l’extrémité du châssis de tourelle Mougin…………………………………………

de casemate Mougin………………………………………

6 m

5 m

5,5 m

Distance du devant des roues

à l’extrémité de la crosse de l’affût de siège (SP) …………………………………….

à l’extrémité du châssis de tourelle Mougin…………………………………………….

de casemate Mougin………………………………………….

3,785 m

3,35 m

3,78 m

Plateformes de tir

mle 1883 à frein hydraulique longueur dans le sens du tir de la plateforme ………..

poids avec la sellette ……………………………………

mle 1880 avec prolongement longueur dans le sens du tir de la plateforme………..

 poids avec la sellette …………………………………..

5,1 m

3855 kg

8 m

3963 kg

Frein hydraulique pour plateforme mle 1883 longueur du recul maximum ……………………………………………………………………..

 poids …………………………………………………………………………………………………

Poids d’un coin de retour de batterie …………………………………………………………………………………………………………………

0,90 m

345 kg

35,5 kg

Hauteur sous casemate nécessaire pour

l’affût de siège (SP) modèle 1877 .……………………………………………………...

l’affût de tourelle Mougin mle 1883 ...……………………………………………………

l’affût de casemate Mougin mle 1883 ..…………………………………………………

3,75 m

3,45 m

3,00 m

Hauteur de Genouillère pour

 

 

 

Hauteur de l’axe des tourillons au dessus du sol

l’affût de siège (SP) modèle 1877 .……………………………………………………...

l’affût de tourelle Mougin mle 1883 au dessus de la plateforme en tôle ……..…….

l’affût de casemate Mougin mle 1883 ……..……………………………………………

 

de l’affût de siège (SP) modèle 1877 .………………………………………………….

1,8 m

2,52 m

2,03 m

 

1,945 m

Champ vertical de tir de

l’affût de siège (SP) modèle 1877 .…………………………………………………….

l’affût de tourelle Mougin mle 1883 …..………………………………………………..

l’affût de casemate Mougin mle 1883 ……..…………………………………………..

+28° -12°

+20° -5°

+20° -5°

Champ horizontal de tir de

l’affût de siège (SP) modèle 1877 .…………………………………………………….

l’affût de tourelle Mougin mle 1883 ……...…………………………………………….

l’affût de casemate Mougin mle 1883 ………...……………………………………….

60°

360°

60°

Cadence de tir de la pièce sur affût de siège SP ...………………………………………………………………………………………………...

1 coup / min

Munitions et gargousses du canon de 155 long modèle 1877

Poids de la charge de la gargousse de tir de plein fouet dans un sachet en serge ou en toile amiantine ………………………………….

Poids de la charge de la gargousse de tir à charge réduite dans un sachet en serge ou en toile amiantine .……………………………...

Vitesse initiale à la charge de plein fouet  ………………………………………………………………………………………………………….

9 kg de poudre SP1

7 kg de poudre SP1

470 m/s

Portée de tir maximale de la pièce sur plateforme horizontale sur

l’affût de siège (SP) ………………………………………………………………………

l’affût de tourelle Mougin …………………………………………………………………

l’affût de casemate Mougin ………………………………………………………………

9000 m

7600 m

7600 m

Obus ordinaire mle 1877

 

 

 

 

Obus allongé mle 1890

 

 

Poids de l’obus chargé avec fusée ……………………………………………………..

Poids de la charge intérieure en poudre à canon ou poudre MC …………………...

                                               en mélinite ……………………………………………...

Nature de la fusée …………………………………………………………………………

 

Poids de l’obus chargé avec fusée ……………………………………………………..

Poids de la charge intérieure en mélinite ……………………………………………..

Nature de la fusée …………………………………………………………………………

40 kg

1,4 kg

2,41 kg

percutante SM 30 mm

 

43 kg

10,325 kg

percutante  22 mm

Obus de rupture

Poids de l’obus …………………………………………………………………………….

42,9 kg

Obus à balles

Poids de l’obus chargé avec fusée ……………………………………………………..

Poids de la charge intérieure en poudre à canon ou poudre MC …………………..

Nombre de balles ………………………………………………………………………….

Poids et nature des balles ………………………………………………………………..

Nature de la fusée …………………………………………………………………………

40,59 kg

0,45 kg

270

26,1g de plomb durci

double effet de 40 mm

Obus à mitraille

Poids de l’obus chargé avec fusée ………………………………………………………

Poids de la charge intérieure en poudre à canon ou poudre MC …………………..

Nombre de rondelles ..…………………………………………………………………….

 

 

Nombre de balles …………………………………………………………………………

Poids et nature des balles ……………………………………………………………….

Nature de la fusée ………………………………………………………………………..

40,5 kg

0,55 kg

12 pouvant se fragmenter en 24 morceaux (188 éclats)

416

25g de plomb durci

double effet de 30 mm 

Obus de 4 ½ calibres

Poids de l’obus chargé avec fusée ……………………………………………………..

Poids de la charge intérieure en mélinite ………..……………………………………

43,7 kg

12 kg

Boites à mitraille

Poids de la boite ….....……………………………………………………………………

Nombre de balles …………………………………………………………………………

Poids et nature des balles ……………………………………………………………….

40 kg

429

65g de plomb durci

Projectiles incendiaires

Nombres des cylindres …………………………………………………………………..

Charge intérieure ...………………………………………………………………………

30

0,8 MC 30

Divers éléments du canon de 155 L modèle 1877

Poids de l’avant-train sans coffre …………………………………………………………………………………………………………………….

Poids de la collection aux armements et assortiments …………………………………………………………………………………………….

Poids de la caisse aux armements vide ……………………………………………………………………………………………………………..

 chargée …………………………………………………………………………………………………………

Caisse à gargousses poids à vide ……………………………………………………………………………………………………………………

 poids chargée …………………………………………………………………………………………………………………

 chargement ……………………………………………………………………………………………………………………

Poids d’un panier en rotin (1 pour 2 projectiles) ……………………………………………………………………………………………………

554 kg

286 kg

44 kg

83 kg

54 kg

216 kg

18 gargousses

2,6 kg