www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place de Maubeuge

Secteur Maubeuge - Verdun

La place de Reims

La place de Laon

La place de la Fère

La place de Verdun

Les hauts de Meuse

La Place de Toul

La place de Langres

La trouée de Charmes

La place d’Epinal

La Haute Moselle

La place de Belfort

Le fort de Giromagny

L’ouvrage du Piton Lagace

L’abri de combat du Piton Lagace

L’ouvrage du Mont Rudolphe

L’abri de combat de Pierremont

L’ouvrage de l’Etang Neuf

Le fort de Roppe

L’enveloppe du centre de résistance

Le dépôt Gr1

L’abri caverne de Roppe

L’abri ouest

Le corps de garde Ouest

Le corps de garde Nord-Ouest

Le retranchement Nord

Le corps de garde Nord

Le corps de garde Nord-Est

Le corps de garde Est

Le corps de garde Sud-Est

La tourelle de 75 extérieure

La station contre-aéronefs de Roppe

L’abri de combat Est-Bas de Roppe

La batterie cuirassée de 155R

L’abri de combat Nord des pentes Sud de Roppe

L’abri de combat Sud des pentes Sud de Roppe

L’abri de combat du Calvaire de Roppe

Le secteur de Roppe

L’ouvrage de Denney

L’abri de combat sud de Denney

L’observatoire de Denney

Le fort de Bessoncourt

L’abri de combat Ancienne batterie D de Bessoncourt

L’abri de combat de la Ragée-au-Bailly

L’ouvrage du Rondot

L’observatoire du Rondot

L’observatoire de Pérouse

Le fort des Hautes Perches

Le fort des Basses Perches

Le réduit du Bosmont

Le magasin du Bosmont

L’abri de combat du Proc

L’ouvrage de Chèvremont

L’ouvrage des Trois Chênes

L’abri de combat Ancienne batterie 2 de Vézelois

L’ouvrage et l’abri de combat des Grands Bois

Le fort de Vézelois

L’ouvrage de Meroux

L’ouvrage de Moval

L’ouvrage des Fougerais

La casemate de Bourges ext

L’abri de combat Est des Fougerais

L’abri de combat Ouest des Fougerais

Le dépôt des Fougerais

Le fort du Bois d’Oye

Le secteur du Bois d’Oye

L’ouvrage de la Verpillère

L’ouvrage du bois des Esserts

L’ouvrage du Haut du Bois

L’abri caverne du Haut Bois

L’ouvrage d’Héricourt

Le fort Lachaux

Le fort du Mont Vaudois

Le secteur du Mont-Vaudois

L’ouvrage du Bas du Mont

L’ouvrage de la Côte d’Essert

L’ouvrage Sud du Salbert

L’ouvrage du Petit Salbert

L’ouvrage de la Forêt

L’ouvrage du Haut d’Evette

L’ouvrage Nord du Salbert

Le fort du Salbert

L’abri caverne du Salbert

L’ouvrage du Monceau

Secteur Salbert - Monceau

Château de Belfort

Le fort de la Miotte

Les magasins centraux A & B

Le fort de la Justice

Le fort des Barres

Le fort de Bellevue

Les casernes

Divers

La trouée de Belfort

La place de Besançon

La place de Dijon

Pontarlier - rideau du Jura

La place d’Albertville

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mise à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

Le fort du Salbert est bâti au Nord-Ouest de la place de Belfort, à une altitude de 650 mètres, au sommet de la colline du même nom.

C’est l’une des premières fortifications de la place qui possède deux crêtes de feu placées autour et au-dessus des casernements ainsi que trois batteries d’artillerie annexes aménagées dès sa construction afin d’occuper une grande partie du plateau.

Sa mission est de repousser aux pieds des Vosges la ligne d’investissement, en défendant les moyens de communication qui mènent à Vesoul et à Luxeuil-les-Bains.

Il interdit aussi l’occupation du massif du Salbert qui domine tout le corps de place à faible distance et il assure la défense des intervalles entre les forts de Giromagny, de Roppe et du Mont-Vaudois.

L’armement du fort à la veille de la Grande guerre

 

Pièces de rempart du fort

2 canons de 155 L sur affût SP approvisionnés à 700 coups/pièce.

4 canons de 90 sur affût de campagne approvisionnés à 600 coups/pièce.

3 mortiers lisses de 22 approvisionnés à 300 coups/pièce.

9 mortiers lisses de 15 en réserve.

Cuirassements et casemates

Aucun

 

 

Défense des fossés

 Deux caponnières simples armées chacune d’1 canon révolver de 40 mm

 approvisionné à 1800 coups et d’1 canon de 12 culasse approvisionné à 150 coups.

Une caponnière double armée de 2 canons révolver de 40 mm approvisionnés à 1800 coups/pièce et de 2 canons de 12 culasse approvisionnés à 150 coups/pièce.

2 coffres d’escarpe de gorge  de flanquement armés chacun

d’1 canon révolver de 40 mm approvisionné à 1800 coups et d’1 canons de 12 culasse approvisionné à 150 coups.

 

Total 30 pièces d’artillerie

 

 

Les différents éléments extérieurs à proximité du fort en 1914

 

Batteries d’artillerie

Batteries d’artillerie armées 

Batterie d’artillerie annexe Est armée de 4 canons de 120 long sur affût SP

Batterie n°2 sur le terrain de manœuvre armée de 3 canons de 155L sur affût SP

Batterie d’artillerie du saillant Est de l’enveloppe armée de 3 canons de 120 long sur affût SP

Batterie d’artillerie ouest du centre de résistance armée de 4 canons de 155L sur affût SP.

Batteries d’artillerie désarmées de mobilisation

Batterie N° 1 placée sur le contrefort à l'Ouest du Salbert.

Elle est prévue pour 4 canons de 90 sur affût de campagne.

Défense anti aérienne

1 station de tir contre aéronefs mle 1911 armée de 2 canons de 75 mle

 

Ouvrages d’infanterie

L’ouvrage Sud du Salbert est un ouvrage terrassé construit de 1891 à 1892 qui se compose de plusieurs tranchées et de 88 places couchées sous abris en charpente.

L’ouvrage du Petit Salbert est un ouvrage terrassé construit de 1891 à 1892 qui se compose de plusieurs tranchées et de 88 places couchées sous abris en charpente.

L’ouvrage de la Forêt est un ouvrage terrassé construit en 1891 qui se compose de plusieurs tranchées et de 132 places couchées sous abris en charpente.

L’ouvrage du Haut d’Evette est un ouvrage terrassé construit en 1891 qui se compose de plusieurs tranchées et de 88 places couchées sous abris en charpente.

L’ouvrage Nord du Salbert est un ouvrage terrassé construit en 1891 qui se compose de plusieurs tranchées et de 88 places couchées sous abris en charpente.

 

Abris de combat et abris cavernes

Abri caverne du Salbert est construit de 1890 à 1893, sa capacité est de 254 places couchées.

 

Dépôts intermédiaires

1 dépôt intermédiaire GR1 près du chemin d’accès au fort au Sud de la batterie Est Enveloppe, sa capacité de stockage est de 634 obus de 155 et de 960 obus de 120.

1 dépôt intermédiaire GR2 près de la batterie Ouest, sa capacité de stockage est de 1440 obus de 120.

 

Magasins de secteur

Magasin de secteur de Cravanche est placé au pied de la monté du fort du Salbert et au Nord de la commune de Cravanche, sa capacité est de 45 tonnes de poudre noire

 

Magasin centraux

Aucun

Projets de modernisation

 

Projet de 1892

Construction d’un poste optique en béton spécial sur les pentes ouest du Salbert pour communiquer avec le fort de Chailluz.

 

Programme 1900

Coût des travaux 1055 000 Frs

· Remanier les parapets et réalisation d’un casernement bétonné dans trois casemates du casernement de paix. Renforcement du magasin à munitions et de l’entrée du fort.

· Installation d’un observatoire cuirassé et d’une tourelle Galopin double.

 

Cuirassements supplémentaires

rajoutés en 1907 au projet de 1900

· Suppression des projets précédents de la tourelle Galopin double et de deux tourelles de mitrailleuses. Installation d’une tourelle de 75.

 

Projet de 1908

· Installation de trois tourelles de mitrailleuses.

 

Modernisations

 

· 1877-1882 Connexion au réseau de télégraphie électrique .

· 1880 Construction d’une baraque pour les officiers.

· 1880 Installation de monte-charge dans les traverses-abri au dessus des casernements.

· 1882-1883 Construction des postes optiques n°1 et n°2 sur la batterie annexe.

· 1883 Construction d’un abri aux artifices entre les saillants 3 et 4.

· 1884 Construction de l’abri aux artifices de la batterie annexe.

· 1884 Réfection des escarpes et des contrescarpes.

· 1885 Amélioration des citernes du fort.

· 1886 Construction d’une cantine et gestion de l’écoulement de l’eau dans les fossés.

· 1887 Amélioration de l’évacuation des liquides de l’urinoir.

· 1890-1893 Construction d’un abri caverne de 254 places à l’extérieur de l’ouvrage

· 1891-1893 Connexion du fort au réseau de voie de 60 de la place.

· 1895 Assainissement des galeries de communication derrière les casemates des casernements du fort.

· 1905 Réparation du four à pain.

· 1900-1914 Renforcement du pont de l’entrée.

En 1914, le fort du Salbert n’a pas reçu de cuirassement, c’est un ouvrage non modernisé, de première ligne. Son armement principal est placé à l’air libre.

Equipement du fort en 1914

L’entrée du fort du Salbert avant la Grande Guerre.

©Lionel PRACHT

L’entrée du fort du Salbert. ©VAUBOURG Cédric

Des soldats à l’entrée du fort du Salbert en 1893.

 © Antoine Brolli

L’intérieur de la caponnière double ayant été renforcée. © VAUBOURG Cédric

Les soldats à l’entrée du fort vers 1893

©Antoine BROLLI

Armement du fort et cuirassements installés entre 1879 et 1912

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, le fort sera complètement ferraillé sous l’organisation Todt, comme les autres ouvrages de la place. En novembre 1944, les Allemands s’y retranchent afin d’empêcher les Alliés de libérer Belfort. Ils seront délogés dans la nuit du 19 au 20 novembre 1944, par 1 500 hommes des Commandos d'Afrique, ce qui aidera fortement à la libération de Belfort le 22 novembre 1944.

 

Puis de 1953 à 1958, le fort est réaménagé pour devenir un ouvrage de la Défense Aérienne du Territoire (DAT) appelé ouvrage G SMR (60/921) du Salbert. À cette période, une station radar équipée de 7 antennes et des casernements seront aménagés sur le fort et le plateau. En contrebas, un abri OTAN sera creusé pour commander les installations à la place de l’ancien abri caverne. Une galerie sera creusée afin de relier le fort à l’abri et aux différentes installations de l’ouvrage G.

La station radar ne sera utilisée que 2 ans, car elle sera rapidement dépassée technologiquement et elle n’était pas en mesure d'effectuer la mission qui lui était confiée.

L’ensemble sera gardienné par l’armée jusqu’en 1972, date à laquelle le Salbert fut remis à la ville de Belfort.

Aujourd’hui, l’intérieur du fort est complètement fermé et interdit d’accès, il est utilisé par la commune de Belfort qui est le propriétaire des lieux. Les dessus et les batteries annexes sont d’accès libre. L’abri OTAN est géré par une association de restauration qui l'ouvre à la visite. Plus de renseignements pour les visites https://fort-otan-belfort.com/

Le casernement à étage du fort.

©VAUBOURG Julie

Les allemands à l’entrée du fort du Salbert pendant la seconde Guerre Mondiale

©Lionel PRACHT

Etat du fort pendant la première guerre mondiale

 

Pendant la Première Guerre Mondiale, les caponnières sont renforcées avec une dalle de toiture et des piédroits en béton armé. Dans les mêmes temps, des galeries de mines sont creusées dans la roche pour relier le casernement à la caponnière double du saillant 3 et à la caponnière simple du saillant 2.

Fin 1915, désarmement progressif du fort pour envoyer les munitions pouvant aller sur le front.

En mars 1916, il reste assez de poudre noire dans les magasins pour prévoir une éventuelle destruction de l’ouvrage en cas d’approche de l’ennemi.

En 1917, l’ouvrage est réorganisé suite à la bataille de Verdun et les issues et les entrées du fort se voient équipées de chicanes montées avec des sacs de terre et des rondins en bois, armées de mitrailleuses et de goulottes lance grenades.

Les soldats vers 1893 devant le matériel du poste optique n°1 du fort du Salbert.

© Antoine BROLLI

Photo allemande de l’entrée du fort du Salbert en 1940. ©VAUBOURG Cédric

Photo allemande d’une vue sur le fort du Salbert en 1940 depuis la batterie annexe. ©VAUBOURG Cédric

Les allemands à l’entrée du fort du Salbert pendant la seconde Guerre Mondiale

©Lionel PRACHT

Les allemands à l’entrée du fort du Salbert pendant la seconde Guerre Mondiale

©Lionel PRACHT

Les allemands à l’entrée du fort du Salbert pendant la seconde Guerre Mondiale

©Lionel PRACHT

Les allemands à l’entrée du fort du Salbert pendant la seconde Guerre Mondiale

©Lionel PRACHT

L’entrée du fort. Cliché VAUBOURG Julie

L’entrée du fort. Cliché VAUBOURG Julie

Le casernement de gorge du fort du côté de l’infirmerie. Cliché VAUBOURG Julie

Rectangle à coins arrondis: Suite des photos

Dates de construction du fort

Coût des travaux prévus en 1877

 

Effectif du fort en 1880

497 hommes

· 15 novembre 1874 - 31 décembre 1877

· 2.120.332 Frs

 

· 13 officiers

· 24 sous-officiers

· 460 soldats

· 1 infirmerie pour 24 malades

· 1 écurie pour 2 chevaux

Capacité du casernement à l’épreuve

Capacité des casernements en maçonnerie

Capacité du magasin à poudre

Capacité du magasin aux cartouches

 

 

· 234 places couchées dans l’abri caverne extérieur

· 563 places couchées

· 100 tonnes de poudre noire

· 11.540 gargousses de 138 et 13.594 gargousses de 7

Cuisine

Boulangerie

Puits et citernes

 

 

Pont de l’entrée principale

· 2 à 3 cuisinières de marque François Vaillant

· 1 four Lespinasse au bois de 300 rations dans le fort

· 1 four portatif Lespinasse de 180 rations à la batterie Est

· 3 citernes de 120,5 m³.

· 1 pont levis à bascule en dessous

Communication liaison optique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Communication télégraphe électrique

 

Eclairage en 1914

· Depuis le poste N°1 avec le fort du Lomont à 33 km grâce à un appareil de calibre 30, la batterie des Roches à 31 km grâce à un appareil de calibre 30, le fort du Mont-Bart à 19 km grâce à un appareil de calibre 24 et le fort Chailluz à Besançon à 67 km grâce à un appareil de calibre 60. Ce poste pouvait recevoir le matériel du poste n°2 pour communiquer avec  le fort du Mont-Vaudois et avec le fort de Servance.

· Depuis le poste N°2 avec le fort de Servance à 18 km grâce à un appareil de calibre 24, le fort du Mont-Vaudois à 8 km grâce à un appareil de calibre 14 et avec le fort de Giromagny à 8 km grâce à un appareil de calibre 14.

· Deux communications supprimées avant 1914, pouvaient être assurées depuis les deux postes avec le fort de Roppe et le Château.

· Avec le central militaire au Château grâce à un téléphone Ader et une boite de forteresse

· Lampes à pétrole ou à bougies pour l’intérieur de l’ouvrage

 

1879

1882

1886

1903

1906

1912

Pièces de rempart

du fort et des batteries annexes

5 canons de 155 L

9 canons de 120 L

5 canons de 95

4 canons de 5

2 canons à balles

3 mortiers de 22

4 mortiers de 15

 5 canons de 155 L

11 canons de 120 L

11 canons de 7

4 mortiers de 22

3 mortiers de 15

2 canons de 155 L

4 canons de 90

2 mortiers 22

9 mortiers de 15

Cuirassements et casemates

 

Défense des fossés

6 canons de 4

6 canons à balles

4 canons de 5

4 canons révolver

4 canons révolver

4 canons de 12 culasse

6 canons révolver de 40 

6 canons de 12 culasse

Nb de pièces

44

42

42

29

29

29